In mémoria Forum Index
In mémoria Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Les Drows

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    In mémoria Forum Index -> Ancien Forum -> Messages de l'Équipe
Previous topic :: Next topic  
Author Message
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Thu 15 Nov - 21:30 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote





Last edited by AD Agoroth on Sat 8 Dec - 13:41 (2007); edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Thu 15 Nov - 21:30 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Thu 15 Nov - 23:23 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Adepte des lames : Lorsque l’on est issu de la race la plus cruelle et sournoise de tout le continent, il importe de savoir se prémunir des multitudes d’embuscades et d’attaques dont l’on finit fatalement par prendre part.  Que faire alors lorsque nous n’avons guère eu la chance de naître parmi l’élite de l’élite et qu’aucun apprentissage magique démoniaque ne s’offre à nous, lorsque des décennies de travail forcé et de disette nous ont empêchées de croître de façon à devenir de véritables machines de guerre sur pattes, privant des puissants muscles endurcis des plus grands guerriers. Il reste les outils de métaux de bas niveau…lames de toutes sortes, dagues, poignards, coutelas etc. Heureusement, pour avoir réussi à survivre aussi loin, les drows qui font partie de ce groupe sont généralement dotés d’une agilité suffisante pour combler leurs lacunes physiques et ils savent en tirer profit.  Ces elfes noirs sont particulièrement cruels et sadiques et ceux qui réussissent à prendre de l’expérience deviennent souvent de véritables tueurs sans merci. Ceci est attribuable au simple fait que ceux-ci sont issus de la pire caste possibles, des moins que rien qui ont passé leur vie entière à souffrir et à endurer le calvaire jusqu’à ce que les hauts dirigeants daignent les relâcher car l’on voyait finalement un potentiel suffisamment intéressant en eux ou encore tout simplement parce que l’Arsuk Kin Naï avait besoin de chair à canon, de loques pour les premiers rangs. Ils sont méprisés par les autres elfes noirs étant donné leur origine et la majorité d’entre eux ne dépassent même pas la moitié de l’espérance de vie des autres drows.  Néanmoins, ne les sous-estimez jamais, qu’importe le rang dont vous faîtes parti car l’instinct de survie et leur soif de vivre en font de terribles adversaires qui n’ont aucun honneur et qui n’hésiteront pas à vous achever de sang froid si cela peut leur donner un maigre répit.
 

Fanatique :  Les adeptes des lames étant de nature renfermés, la majorité d’entre eux passent le plus clair de leur temps à tout garder en eux, à accumuler la haine, la frustration et même le désespoir au point qu’ils en viennent à s’automutiler pour laisser échapper toute ces pressions. Le fait est que, ces blessures qu’ils s’infligent violemment combinées à toutes celles qu’ils ont endurées par le passé ont fait d’eux de véritables érudits de la douleur. Ils ont des notions d’anatomie particulièrement surprenantes et sont des maîtres quant à savoir où frapper et ce, autant avec leurs armes qu’avec leur langue. Ce sont des êtres qui viennent vous piquer au vif et qui cherche constamment à blesser sauvagement leurs opposants sans toutefois les tuer. Ils éprouvent une sorte de plaisir vicieux à se délecter du malheur des autres, comme s’ils devaient faire payer à quiconque leurs souffrances du passé. Notion à ne jamais aborder avec eux, ils ne se considèrent absolument plus comme les laquais que ce sont les adeptes des lames et iront jusqu’à renier leur appartenance à leur caste. Ils sont bien moins impulsifs et sauvages qu’avant étant donné qu’ils ont remarqué que pour survivre, il y avait un moment et un temps à toute chose mais sont tout de même toujours capable d’actes d’une violence inouïe. Finalement, un petit fait intriguant et effrayant sur eux demeure le fait qu’à force de subir maintes et maintes blessures mal guéries, leur sang en est devenu souillé et vicié, on raconte même que certains s’en servent comme poison contre leurs adversaires.
 

Maniaque : Il s’agit de l’apothéose en terme de douleur et de souffrance que d’atteindre ce stade et ce, de deux façons, autant pour l’être atteint que pour ses futurs victimes. Tout d’abord, pour qu’un fanatique soit attitré ainsi, il faut généralement que des éléments énormément perturbants bousculent sa vie car une fois ce stade atteint, le drow en question deviendra un être dénué de toute compassion, de pitié et même de cœur. Plus rien ne semble l’atteindre, aucune émotion n’est réellement perceptible chez lui sauf l’extase que lui procure de charcuter ses victimes et de les faire s’égosiller sous la douleur et la rage qui bouille parfois en lui qui le fait commettre des actes d’une atrocité extrême. Cet elfe maléfique en veut généralement à l’ensemble de la population vivante du continent pour ses malheurs et leur démontrera, de façon très peu démagogique comment il à l’intention de réclamer justice pour les sévices qui lui furent endurés autrefois. Il traîne toujours sur lui une multitude d’armes de petites tailles et d’outils de tortures, s’assurant d’être toujours prêt en cas d’une éventuelle torture. De vieilles légendes raconte que certains d’entres eux ne sentiraient même plus l’impact d’une lame qui les pénètre étant donné qu’ils se sont accorder eux-mêmes ce traitement des milliers de fois. Ils ont étudié l’anatomie de bien des créatures et leur savoir dans ce domaine frôle tellement la perfection qu’il n’est pas rare de les voir surgir de n’importe où pour  frapper d’un seul et unique coup un endroit bien précis et que l’instant d’après, leur adversaire s’effondre sur le sol dans un spasme de douleurs et malheur à lui car son calvaire ne fait que commencer et des histoires furent émises sur le fait que certains maniaques seraient capable de faire endurer des douleurs inimaginables sur un laps de temps qui l’est tout autant…faisant agoniser sa victime sans jamais que celle-ci n’ait la chance de trépasser…
 

Affilié des ombres : Très rares sont ceux qui accèdent à cette section parmi les adeptes des lames. Tout d’abord, parce qu’ils devront avant tout apprendre à contrôler cette haine qui bouille en eux et la canaliser pour l’utiliser au bon moment. Ensuite, atteindre ce rang demande un entraînement des plus fastidieux que très peu réussissent en raison de son extrême difficulté. Tirant toujours profite de leur agilité que leur ont configuré leur mode de vie, les affiliés des ombres sont des êtres furtifs et discrets qui ne laissent aucun obstacle s’imposer entre eux et leur but ultime, soit de devenir l’un des rarissimes assassins des ombres. Pour ce faire, ces elfes noirs apprendront à ne faire qu’un avec leur créature mère, l’araignée. Ils apprendront à devenir aussi patients qu’Elle et à tisser les plus ingénieux plans afin de capturer son ennemi une fois pour toute. Malgré tout, il va de soit que leur bagage en terme d’histoires et d’expériences les poursuit encore et ils sont toujours autant en admiration devant la souffrance d’un être. La seule différence qu’avec leurs comparses fanatiques, c’est qu’ils seront bien plus disposés à attendre et cela ne fera que renforcir l’état d’exaltation qui résultera de leur succès. Ces drows ne sont pas à prendre à la légère et gare à celui ou celle qui oserait leur faire une blague d’un goût un peu trop amer car ils n’hésiteront pas à traquer sans relâche pour se faire justice.
 

Assassin des ombres : L’apogée d’un entraînement si rigoureux et douloureux mènera certains des meilleurs affiliés des ombres à devenir l’un des prestigieux assassins des ombres. Ils portent bien leur nom car effectivement…on semble ne jamais les voir. Telles des ombres, ils se glissent sournoisement un peu parti et le temps d’éclairer un recoin, la pénombre s’est dissipé et on se retrouve avec une lame sous la gorge à se faire susurrer un dernier avertissement ironique à  l’oreille, à sentir une dernière fois le souffle rauque et chaud d’une voix avant de partir à jamais.  Ils sont choisis par les matrones pour les plus compliquées et périlleuses missions d’infiltration et de manipulation. On les compte comme parmi les êtres les plus loyaux qui existent, à condition bien entendu d’en payer le prix…effectivement, les assassins des ombres raffolent du pouvoir et de l’argent ainsi que de la gloire personnelle, chose probablement due au fait qu’ils n’ont jamais pu en acquérir par le passé étant donné la caste dont ils sont issus. Narcissiques à l’extrême, ce sont des gens à ne pas contrarier, voire même à ne pas côtoyer car leur réseau d’informations se compare à une toile d’araignée ; tisser de parts et d’autres, de façon éloignée ou très intime envers tout le monde et ils possèdent généralement de bons contacts pour s’occuper des affaires de bas niveau comme ils tendent si bien à les appeler. Craignez ces êtres sans pitié car eux ne craignent personne…si ce n’est de leurs homologues des autres maisons…
Back to top
Visit poster’s website
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Thu 15 Nov - 23:23 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Épéiste : La classe moyenne des combattants, sans être dotés d’un savoir martial si puissant mais bien au-dessus des larves que sont les esclaves ou les (insoumis), ces drows sont d’abord et avant tout envoyés dans ce regroupement pour parfaire leurs techniques et devenir de véritables machines à piller et à tuer. Pour ce faire, un ancien rite de passage drow qui s’étale sur plusieurs années a été élaboré afin de ne conserver que les champions des champions. Initialement, ces elfes noirs sont soutirés à leurs familles et iront apprendre dans les arènes les rudiments des combats pendant plusieurs décennies. L’entraînement sera sans relâche et les faibles seront vite éliminés et ce, grâce à un stratagème aussi ingénieux que sadique. Tous les ans, les aspirants se regroupent au centre de l’arène et doivent affronter des hordes de créatures diverses et la victoire permet aux gagnants de conserver un prix spécial pour les drows : la vie. À la toute fin de  leur apprentissage, ces mêmes aspirants finiront alors par se battre en duel général, l’occasion rêvée pour les familles de démontrer leur suprématie ou leur échec… Le fait d’avoir été formé de cette façon a amené ces elfes maudits à devenir les plus solidaires de leur race car l’unité garantissait leur survie. Ce sont des êtres un tant soit peu honorable et fier mais il est indispensable de signaler que comme n’importe lequel autre de leurs frères, il n’y a rien qui puisse les éloigner de leur but premier, devenir de grands champions adulés. Généralement, il n’y aura personne ou rien qui pourra les empêcher d’atteindre cet idéal que leurs maîtres d’armes les force à adopter.
 

Cavalier sombre : Les plus imposants et féroces drows auront l’occasion, souvent par de nombreux stratagèmes et d’alliances de toutes sortes, de quitter l’arène une fois pour toute et de se diriger vers un autre type d’apprentissage, la gestion et le commandement des armées. Bien qu’ils continuent de s’entraîner intensivement sur le plan martial, ceux-ci seront alors dirigés vers les plus grands stratèges de l’Arsuk Kin Naï qui leur enseigneront les grands savoirs du peuple drow. Ce sont des êtres extraordinairement respectés par leur simple prestance mais pour pouvoir perdurer dans cette voie, les cavaliers sombres ne pourront guère chômer et devront s’armer de patience et d’audace afin d’impressionner les grandes instances par leurs faits d’armes. Effectivement, il est plutôt rare dans une maison de voir un stratège en place bien longtemps à moins qu’il n’accumule les victoires de façon surprenante mais encore là, le gros danger de faire partie de ce rang est que, bien souvent jalousés, les meilleurs disparaissent mystérieusement et les plus faibles s’éclipsent tout autant mais…un peu moins discrètement. Comme dans toutes les autres sphères, seule l’élite restera et en ce qui concerne la gestion de leur armée, les Maisons sont très rarement clémentes. Cependant, force est d’admettre qu’en dépit des risques que cela inclut, les membres adhérant à ce groupe mérite généralement leur place et leur savoir est si alarmant que les autres races restent souvent en douloureuse admiration devant les plans habilement concoctés de ces drows. Ils sont des leaders nés qui n’hésite pas à faire valoir leur opinion et ce, de n’importe quelle manière s’il le faut. De plus, ce sont des êtres sûrs d’eux-mêmes, efficaces dans toutes les situations et particulièrement vifs d’esprit.
 

Chasseur nocturne : Majoritairement composé de mâles, il s’agit probablement du seul regroupement drow à  qui son peuple accorde du respect en dépit du faible taux de femelles. Ils sont la main gauche des Matrones, eux qui dirige de la droite et châtie de la gauche. Ce qui leur garantit ce respect et leur importance est leur fanatisme à étendre la suprématie drow dans l’ensemble du continent. Légèrement plus dédaigneux à l’encontre des autres races maléfiques, ils considèrent que leur peuple est définitivement LE peuple élu parmi tous les autres. Cet aveuglement fait d’eux des êtres dénués de tout sentiment envers les autres racailles comme ils aiment les appeler. À la différence des simples cavaliers sombres, les chasseurs nocturnes sont non seulement reconnus pour leurs tactiques sans faille mais aussi pour la façon dont ils agissent. Effectivement, leur stratégie préférée consiste à effectuer des raids meurtriers sur les villages et autres villes, mettant à feu et à sang tout ce qui se trouve sur le passage, pillant toutes ressources et massacrant tout être vivant. Vous direz alors qu’il n’y a rien de spécial à cette technique qu’une foule d’autres races exécute, je vous l’accorde mais c’est que la nuance chez les chasseurs nocturnes réside dans la vitesse effarante  à laquelle ils opèrent. Nul ne les voit venir, l’espace d’un moment, un cavalier solitaire rôde et le temps qu’il faut pour faire pénétrer une lame dans le corps d’une fraîche et innocente victime, une série de ces pairs surgissent de nulle part et pourfendent tout ce qui se trouve sur leur passage. Les plus grands tacticiens de la Tri-Alliance s’affairent depuis des années à contrecarrer leurs plans mais rien n’y fait…ils ont toujours une indiscutable et impossible avance…
 

Entailleur : La grande majorité des épéistes, du moins ceux qui survivent au rite de passage, n’ont pas la chance d’accéder dans les rangs des cavaliers sombres mais qu’à cela ne tienne, ils seront pris en charge par les plus grands maîtres d’armes parce que au moins, cette fois, ils auront démontrés qu’ils valent la peine d’être entraînés davantage, si ce n’est que pour massacrer d’autres de leurs abrutis de cousins. Ils se muniront alors d’un sabre spécialement conçu pour eux et apprendront une série de techniques mortelles et terrifiantes pour contrer l’ennemi. Alliant finesse et puissance, on leur apprend que tout être possède sa faille. Que ce soit celle d’une armure d’un opposant trop sûr de lui ou de l’esprit d’un autre un peu trop arrogant, il y a toujours une façon de briser l’adversaire. On leur enseigne à se battre avec leur esprit, ce qui permet de développer chez eux un esprit d’analyse très prisé par les autres. Ce sont des drows dotés d’une rigueur hors du commun, ils sont très sévères envers eux-mêmes et réalisent que même si dans certaines batailles, il faut se tenir en groupe pour vaincre, il y a des moments ou l’on ne peut compter que sur soi-même, particulièrement dans la société dans laquelle ils vivent. Lorsqu’ils se fixent un objectif, encore une fois, rien ne peut les déroger d’atteindre celui-ci. Il n’est pas rare de voir les entailleurs passer des heures entières à répéter le même mouvement dans le but d’atteindre la perfection. Le sort ne les ayant pas muni d’assez de chance pour entrer dans l’ordre des cavaliers sombres, ils savent qu’ils auront à doubler d’ardeur si un jour ils veulent être respectés à la valeur qu’ils jugent que l’on doit leur accorder.
 

 

Sombre cœur : Atteindre ce titre fait autant preuve de miracle que de terreur. Effectivement, on ne peut dénombrer les quelques rares légendes que l’on nomme sombre cœur.  Alors que bien des entailleurs finissent leur carrière en gisant inertes sur le sol, certains, par on ne sait quel prodige, arrive à se relever et à continuer leur carrière d’arénaire éperdument. Outre l’intervention divine, on raconte qu’il s’agirait de certains démons oubliés qui, voyant la façon impressionnante voire quasi-parfaite de combattre de certains entailleurs, leur permirent de retourner fouler le sol du continent et de déverser de façon chaotique leur talent sur tous les ennemis du peuple drow. Effectivement, les quelques personnes ayant atteint ce rang deviennent de véritables maître du combat et l’entraînement dur et pénible qu’ils se sont obligés à suivre tout au long de leur vie y est pour quelque chose. Néanmoins, ils font fi de tout cela, tout autant que l’admiration que cela procure chez les autres car pour eux, tout ce qui compte, c’est de devenir encore meilleur, au-delà même de toutes les possibilités envisageables par le commun du monde. Ayant connu l’horreur et la froideur de la mort, ils n’ont aucun sentiment particulier, n’éprouvant même pas la haine légendaire qui caractérise les elfes noirs pour leurs cousins. Les sombres cœurs ne portent aucun intérêt aux guerres ou à la suprématie de la race. Ce sont des individualistes qui méprisent les faibles et les lâches et qui n’hésiteront pas à donner la mort, qu’ils voient comme une délivrance pour la victime plutôt que comme une punition, eux qui ne craignent dorénavant plus grand chose.
Back to top
Visit poster’s website
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Thu 15 Nov - 23:23 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Lancier : À la naissance, lors de l’évaluation par la Matrone de chaque maison respective, il arrive que celle-ci dénote un grand talent et de fortes aptitudes guerrières chez le nouveau-né. Celui-ci aura alors la chance de faire partie de l’élite martiale au corps à corps. En effet, intégrer la caste des lanciers est l’un des plus grands honneurs auxquels peut accéder un elfe noir. Ils ont des aptitudes innées dans l’art de la protection et leur rôle dans la citée est autant apprécié et respecté par les autres que par eux-mêmes. Évidemment, à force de se faire répéter qu’ils sont l’élite de l’élite au niveau du combat en corps à corps ( ils omettent toujours de préciser ce petit passage, se considérant uniquement comme l’élite ), ils finissent par développer un caractère un tant soi peu narcissique et arrogant. Heureusement, les diablotins qu’on leur attitre dès la naissance s’empresse bien vite de leur apprendre les notions d’humilité et de loyauté, faisant d’eux des individus très prisés par chaque Maison. À force de labeur et de rigueur, ils deviennent généralement les combattants ayant acquis le plus de sagesse au rang de  l’Arsuk Kin Naï. Tout d’abord employé comme protecteur de jeunes nobles à qui l’on prédit un avenir particulièrement prometteur, les meilleurs des lanciers ne prendront guère de temps à gravir les échelons de la notoriété et pourront alors accomplir des missions de protection plus poussées. Le seul contrecoup à tout ceci est que, comme dans toute société bien organisée, de grandes responsabilités amènent de grandes attentes et dans la citée drow, ce principe est plus que vital. Les faibles et les lâches sont donc bien vite mis hors d’état de nuire, rendant alors la caste encore plus efficace que jamais car ici plus qu’ailleurs, les meilleurs demeurent.
 

Garde noir : Les lanciers qui arrivent à se démarquer et à faire preuve de suffisamment d’assiduité auront la chance de poursuivre leur rôle de protection envers les grandes instances. Ils deviendront aussitôt les pairs de leurs employeurs car, à force de les suivre dans tout ce qu’ils entreprennent, d’être toujours l’ombre qui les accompagne, ils finissent par acquérir la même expérience que ceux-ci. Étrangement, c’est un peu comme si ce contact forcé les amenait à développer des caractéristiques et des attributs très particuliers à leur employeur. C’est ainsi que l’on vit certains d’entres eux intégrer des notions inédites comme l’alchimie ou la cryptologie. Outre cela, il est indispensable de dire que ce sont de véritables modèle de loyauté  que rien ni personne ne peuvent les empêcher d’accomplir leur devoir. Généralement de très forte carrure, ce sont des êtres imposants qui savent se faire respecter partout où ils passent et ce, sans même avoir à commettre un geste ou prononcer un seul mot tant leur silence est éloquent.  Les gardes noirs n’ont pas l’humour facile et même le sarcasme et l’ironie drow tend à les énerver et même, à certains malheureux moments, à les faire sortir de leurs gonds. Étant spécifiquement entraîné pour la défense, ils ont délaissé l’attitude narquoise qui caractérise leurs compères maître d’armes et même qu’au contraire, leur humilité laissent même les plus bêtes croire que ce sont des êtres docile et soumis mais surprise au premier qui oserait soupçonner ceci un peu trop longtemps et pire encore à ceux qui pourrait juste tout simplement penser dans une éventualité probable s’attaquer à leur employeur…
 

Mutilé : La souffrance qu’ils endurent jour après jour pour leur maître amène heureusement une grande et douce satisfaction : la fierté. Ce mot, ils en font un idéal, une raison de vivre. Il s’agit indéniablement de leur plus grande qualité mais aussi de leur plus terrible défaut.  Les mutilés se sont donnés le terrible mandat de protéger le drow qu’ils servent au prix de leur propre vie s’il le fallait. Ils n’ont aucune connaissance de la peur en tant que tel, la douleur est une chose normale et anodine pour eux tant ils sont habitués de prendre les coups pour leur employeur. De surcroît, les mutilés ont même tendance à prendre bien soin de chacune des plaies qu’ils subissent de façon à les exposer et les conserver le plus impeccables possible afin que tous voient que nul ne pourra approcher tant qu’un mutilé sera en place mais aussi pour se rappeler ce pourquoi ils agissent ainsi. Par contre, malheur à celui qui faillira dans sa tâche, la honte ne sera jamais assez grande pour lui et il sombrera dans la plus grande déchéance possible et rares sont ceux qui en ressortent. Les mutilés sont parmi les drows les plus silencieux et les plus discrets qui existent dans la citée, étant donné qu’ils ont appris rapidement, parfois même à leurs dépends, que le silence est d’or dans le rôle qu’ils poursuivent. Ils ont appris par eux-mêmes de terribles techniques qui s’avèrent totalement mortelles pour un adversaire un tant soi peu non avisé. En plus d’être autodidacte au maximum, chaque mutilé a continué d’approfondir ses connaissances en fonction de son maître, le rendant aussi unique que mystérieux. Il va de soi qu’avec tant de secrets et de discipline, même le plus dangereux assassin devra y penser par deux fois avant de commettre un acte qu’un mutilé jugerait irréfléchi car avec eux…on doit toujours y songer avant d’entreprendre quoique ce soit.. Cette sagesse ne fait que les rendre d’autant plus terrifiants lorsqu’ils la combine avec leurs habiletés martiales.
 

Maître lancier : Lorsqu’il arrive au terme de son premier contrat, du moins faut-il toujours qu’il ait la chance de l’accomplir, le lancier se voit offrir d’honorer celui-ci ou de se détacher de ce rôle pour rejoindre les rangs de l’Arsuk Kin Naï. Il deviendra alors attitré à toutes sortes de missions mais plus particulièrement celles d’ordre défensif.  Ces lanciers seront confinés aux mains des plus grands combattants de cette caste qui continueront de leur  bourrer le cerveau de paroles appuyant le fait qu’ils sont de véritables élus et qu’ils sont les meilleurs combattants que la société drow a engendrée. Ce renforcement crée bien souvent chez eux un sentiment d’égocentrisme et de narcissisme profond commun à tous les drows mais qui dévient majoritairement chez eux, se croyant au dessus de tout. Les maîtres lanciers sont très méprisants envers les castes inférieures et ne se soucient rarement de l’opinion des autres. Cet individualisme est à l’origine de beaucoup de tension entre eux et les membres des autres castes. Alors que les entailleurs apprendront à se servir de leur esprit pour défaire l’opposant, les rangs des lanciers misent avant tout sur la lance en tant que tel. En effet, pour chaque maître lancier, la seule chose qui importe est son arme, sans elle, il n’est rien et sans lui, elle subit le même sort. Ils délaisseront légèrement l’aspect que défensif de cette arme et en optimiseront toutes les capacités, que ce soit en terme d’allonge, d’offense ou de protection. Ils vivent pour obéir fidèlement aux demandes des castes supérieures et ce sont généralement eux qui sont envoyés par les différentes Maisons afin d’appliquer les sentences mineures au sein de celles-ci. Il vaudrait  mieux ne jamais s’approcher de ces elfes maléfiques et encore moins avoir la prétention de regarder leur lance d’un peu trop près…ils sont souvent tendance à interpréter les choses d’une drôle de façon.
 

Empaleur : Probablement les soldats les moins furtifs de toute l’armée drow, les empaleurs sont l’élite de l’élite en terme de lancier. Mortellement précis, incroyablement rapides, terriblement puissants ne sont que quelques caractéristiques que l’on peut associer à ces véritables as du combat. On retrouve généralement ces elfes corrompus dans les premières lignes de l’Arsuk Kin Naï, vociférant des ordres à en perdre la voix dans le seul but d’attirer l’attention vers eux car, plus que jamais, les empaleurs sont devenus des êtres dont l’auto admiration ne connait plus de limites. Ils aiment être sous les feux des projecteurs et donneraient n’importe quoi pour qu’on chante leurs louanges. Le simple fait d’agir ainsi suffit souvent à en amadouer plus d’un car bien qu’ils ne sont pas naturellement dotés d’un comportement des plus violents pour un drow, ils finissent bien souvent par en faire un peu trop et ont de la difficulté à comprendre le sens de la demi-mesure, agissant généralement toujours aux extrêmes. Ils sont capables des plus grands exploits comme du pire tant leur orgueil démesuré les pousse à prendre des décisions parfois un peu étrange. Néanmoins, rares sont ceux qui ont le courage de s’opposer à eux ou de simplement intervenir dans leurs choix car ils ont la rancune facile et surtout, celle-ci perdure habituellement indéfiniment jusqu’à ce qu’ils prouvent à leur manière à leur adversaire qu’il était dans le tort. Bénis d’une force incommensurable et d’une puissance infernale, ces drows arrivent à commettre les pires atrocités, on raconte même que celui ou celle qui à le malheur de baisser sa garde finira bien vite embrocher au bout du pique. Qui plus est, les légendes racontent que ce châtiment qu’ils aiment tant offrir n’est rien comparé face à la furie dévastatrice dont ils font preuve à certains moments. Instables, impulsifs, démoniaques, ces drows sont une véritable plaie pour quiconque les rencontre mais dans les mains de tous ceux et celles qui arrivent à les maîtriser efficacement, ils deviennent un atout non-négligeable voire fatal à bon nombre de Maisons ou aux ennemis de l’Arsuk Kin Naï.
Back to top
Visit poster’s website
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Thu 15 Nov - 23:24 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Arbalétrier : Les nouveau-nés pourvus d’aptitudes visuelles hors du commun et d’un esprit analytique très poussé seront rapidement envoyés vers la caste des arbalétriers. Probablement celle où l’on y retrouve les drows les plus respectés après ceux qui possèdent le don de la magie, cette caste regroupe la horde de combattants la plus terrifiante qui n’ai jamais été assemblée. Tout comme leurs cousins, les elfes noirs ont rapidement compris le potentiel destructeur du combat à distance étant donné leurs facultés particulières qui les poussent à exceller dans ce domaine. Furtifs, dotés d’une vue très développée et d’un talent inné dans la fabrication d’armes de jet de grande qualité, les drows avaient déjà tout l’arsenal qu’il fallait pour devenir de véritables maîtres dans le domaine de l’archerie. Cependant, le nombre de jeunes qui rejoignent ces rangs n’est pas si impressionnant mais une raison explique tout ceci, l’excellence. Les Maisons n’y envoient que leurs plus grands espoirs et faire partie de cela représente un véritable honneur pour tout être qui ne peut contrôler la magie. Les arbalétriers sont toutefois généralement pourvus d’un tempérament très calme et posé. Ils se savent en sécurité, du moins autant qu’il est possible de l’être chez cette race, car ils sont à la fois à l’abri de l’ennemi lors des combats et à l’abri du courroux vengeur des Matrones étant donné la valeur qu’on leur accorde. Ne se sentant pas nécessairement privilégié ou imbus d’eux-mêmes d’occuper une telle place, ce sont habituellement les autres castes qui, bien que souvent très jaloux, leur vouent un culte et une admiration sans bornes. En effet, innombrables sont les conflits où le sort de centaines de drows était en péril et qu’ils sont sortis de nulle part, arme à la main, décimant l’opposant en un rien de temps. Ils sont particulièrement doués pour évaluer les distances et analyser en un rien de temps le schéma le plus complexe d’une bataille. Le sang-froid dont ils font régulièrement preuve combiné à leur mortelle précision fait d’eux des êtres plus que craints parmi les rangs de la Tri-Alliance.
 

Arbalétrier lourd : À force d’être toujours mis à l’écart de tous les rangs ordinaires, certains arbalétriers finiront par développer leur côté solitaire et deviendront de plus en plus autonomes. Bien que toujours un membre à part entière de l’Arsuk Kin Naï, celle-ci leur permet quelques privilèges dont celui d’agir un peu plus par eux-mêmes. Lors des batailles, il n’est pas rare de voir débarquer quelques dizaines de ces drows et sans qu’aucun n’ait le moindre mot à prononcer, ils sont déjà en train de  se positionner uniformément et stratégiquement sur le terrain. Cette absence de nécessité à la communication fait d’eux des êtres très peu sociaux, préférant savourer eux-mêmes la joie du succès et de la gloire. Un caractère unique des arbalétriers lourds demeurent évidemment leur arme. Bien qu’il soit commun de voir de bons guerriers demander avec précision la fabrication de  celle-ci, ces elfes corrompus iront pousser l’audace jusqu’au point de créer eux-mêmes leur outil de la mort. Ils s’équipent toujours d’arbalètes de gros calibre qu’ils apprêtent selon leur bon vouloir et n’hésiteront pas à la modifier à leur guise, tout dépendamment des besoins d’une situation. Minimiser les efforts tout en maximisant les effets, telle est leur devise. Lorsque les terrains de combats ne sont pas en train de réclamer d’autres cadavres pour ensemencer le sol, les arbalétriers lourds sont souvent utiliser à titre de chasseur, s’assurant du bon fonctionnement et du bon roulement de l’économie drow en ramenant les esclaves et les prisonniers un peu trop courageux. L’arsenal effarant dont ils sont équipés fait d’eux des maîtres de la capture et c’est grâce à eux en bonne partie que les prisons drows sont continuellement renflouées de nouvelles têtes.  Ce sont des individus qui aiment se démarquer ainsi qu’accroître  leur talent en archerie, dont le silence est bien souvent éloquent tant ils savent se montrer aussi imposant que ferme de leur simple regard. Ils sont très perfectionnistes et détestent qu’on ne les prenne pas au sérieux. Règle général, ils n’ont que faire de la bassesse drow, prenant uniquement les quelques ordres qu’ils acceptent des (magiciens), de leur Maison respective ou encore de drows qui ont réellement fait leur preuve selon LEURS critères. (À FAIRE ATTENTION : ce ne sont pas des imbéciles qui se foutent de tout,  tout drow sait que se foutre des règles et de l’autorité mène à une mort plus que certaine)
 

 

Mire : L’entraînement spécial conçu pour les arbalétriers combiné avec le talent et l’expertise que possèdent certains elfes noirs mènent inéluctablement à la création du corps d’élite que sont les mires. Leur vie et la vôtre sont calculées minutieusement à la  seconde près avec eux, à croire qu’ils décideront aussi du jour et de l’heure à laquelle ils trépasseront. Ils sont ultra perfectionnistes et horriblement organisés, sachant rapidement user de la stratégie parfaite tout en étant prêt à adapter leurs plans à n’importe quelle situation. Ayant atteint une notoriété presque sans équivalent, ils auront cependant une grande tendance à délaisser les rangs de l’Arsuk Kin Naï. En effet, celui-ci offre peu d’opportunités à ces légendes d’exercer avec satisfaction leurs habiletés. Bien que l’on ne sache jamais d’où ils sortent, ils sont toujours au poste lors des grands conflits d’importance majeure mais en ce qui concerne le reste de leur temps, ils errent bien souvent d’un bout à l’autre du continent dans l’espoir de trouver LE véritable opposant qui saura ranimer la flamme en eux, cette excitation de traquer, de rejouer au chat et à la souris et de bien sûr, en sortir vainqueur. C’est probablement la seule chose qui leur procure encore un certain plaisir car tuer est tellement devenu anodin et banal pour ces drows. Ce qui est intéressant à savoir avec eux, c’est qu’à force d’avoir voulu les rendre puissants et inatteignables, même les (caste sorciers ) finissent par en avoir peur étant donné qu’il n’existe presque pratiquement aucun moyen de les soudoyer ou de les forcer à obéir. Et pour ceux et celles qui décident alors de se tourner vers des moyens un peu plus radicaux pour leur faire comprendre la loyauté et la fidélité, ils s’engagent dans un processus de non-retour qui finit généralement par leur perte car piéger une mire est quasi-impossible. Ils voient toujours plusieurs coups à l’avance les gestes que l’adversaire fera et entreverra dès lors toutes les possibilités qui s’offriront à celui-ci. Les grands stratèges drows s’arrachent leurs conseils mais heureusement pour la Tri-Alliance, les mires ont généralement mieux à faire que s’occuper de cette tâche fastidieuse qu’ils jugeront indigne d’eux. Leur comportement est plus que loué par la Tri-Alliance, sachant comment leur potentiel destructeur les plongerait dans le plus grand des chaos et même les membres de la société drows doivent penser la même chose à certains moments…
 

Espion : Les arbalétriers ont mis l’accent lors de leur entraînement sur la furtivité et la précision. Alors que les arbalétriers lourds se tourneront davantage vers cette dernière, une autre partie se dirigera plutôt vers l’accentuation de la première. La collecte de l’information est un élément primordial qui joue énormément en faveur de celui ou celle en possédant un maximum lors d’une guerre. Comme la nation drow est perpétuellement dans cet état, que ce soit avec d’autres races ou simplement lors d’un conflit intestin, obtenir de l’information sur tous et chacun est devenu un but visé par toutes les Maisons. Les espions apprennent à se confondre dans tout environnement et même à se faire passer pour n’importe qui. Maîtres dans l’art de l’usurpation, de la manipulation et de tout ce qui est faux, ils sont rapidement devenus une denrée rare pour quiconque en position de diriger et qui veut s’assurer une main mise sur ses ennemis et même sur ses alliés. N’y-a-t-il pas un meilleur moyen de se prémunir que ceci ? Pour réussir à accomplir leurs missions, une mémoire phénoménale est requise et il faut apprendre à se souvenir du moindre détail dans un délai de temps minime. Ils ont développé assidument leur sang-froid ainsi que leur débrouillardise, deux outils indispensables lorsqu’ils se font prendre car la lutte à l’espionnage et au contre-espionnage est chose courante dans la citée des Fourbes. Seuls les plus fins réussiront à se rendre loin, en ce qui à trait aux autres, le destin seul sait ce qui peut les attendre…
 

Rafistoleur : L’échec est à prendre compte, même chez un peuple aussi impitoyable que les Drows. C’est malheureusement le sort qui est réservé à certains elfes corrompus, d’errer dans la déchéance et le malheur après avoir échoué à plusieurs missions. Le seul point à la fois positif et complètement surprenant demeure qu’ils soient toujours en vie. En effet, on dénote chez eux une sorte de désir de vivre plus grand que chez n’importe qui d’autre au point qu’il semble que rien ne puisse les faire trépasser complètement, ils s’accrochent aussi férocement à la vie telle sangsue qui refuse de se détacher de sa proie. Sans toutefois dire qu’ils sont immortels, ils ont acquis la capacité de se soigner eux-mêmes et il semblerait qu’aucune blessure ne soit assez grave pour eux afin de les faire passer dans l’autre monde une fois pour toute.  On aurait déjà vu certains d’entres eux sur les champs de bataille, arrachant froidement les membres de leurs comparses décédés et les enfouir dans un énorme sac avant de partir au loin. Selon certains lugubres récits, les rafistoleurs seraient en mesure de recoudre non seulement les plaies mais aussi leurs membres tout entiers si cela devenait indispensable. De plus, à force d’avoir enduré la torture et la douleur lors des échecs cumulés, autant du côté de l’employeur, frustré de son lamentable laquai que du côté de la cible, décidé à savoir qui lui voulait du mal, les rafistoleurs possèderaient une sorte d’insensibilité à certaines douleurs. Les contraintes physiques leurs seraient banale futilité et la seule réaction distinguable lorsqu’on leur enfonce une dague dans les côtes est un rire narquois et machiavélique. Bien entendu, ils ont perdu la notoriété si enviée des (nom de caste) et sont souvent si honteux de leur passé qu’ils se promèneront régulièrement voilés et détestent plus que quiconque qu’on fasse référence à leur vie ou à leurs antécédents. Néanmoins, bien qu’on puisse croire qu’ils soient devenus de piètres individus, leurs nouvelles habiletés et aptitudes sont fortement appréciés auprès de certaines Maisons et il n’est pas rare que l’on engage ces drows afin de remplir un contrat assez particulier comme ils savent si bien le faire car ne méprisez jamais ces anciens champions de l’archerie, ils ont plus d’un tour dans leur sac.
 

 

Voile noir : Voici l’exemple du parfait opposé du rafistoleur.  Pour atteindre un jour ce rang inestimable, il faudra beaucoup plus que du simple courage et de la bonne volonté à l’espion. Il devra passer au travers d’épreuves dont la difficulté dépasse tout entendement et il faudra, avant tout, qu’il réussisse chacune des missions élaborées par les différentes Maisons et autres castes. Les voiles noir ont atteint la quasi-perfection au niveau de la furtivité au point tel qu’ils n’ont même plus d’ombre, elle fait partie intégrante d’eux-mêmes. Il faut savoir que les clans drows démontrent absolument aucune compassion pour ceux qui les déçoivent mais règle général, à l’inverse, ils savent très bien comment récompenser ceux qui réussissent et performent selon leur bon vouloir. C’est ainsi que les voiles noir se sont vus octroyés de puissants pouvoirs dont la source provient tout simplement des ténèbres. Ces dons démoniaques dont ils jouissent expliquent leur caractère toujours calme et impassible, se sachant évidemment à l’abri de bien des dangers.  Même au centre des assauts les plus sanglants, il ne leur faut qu’une parcelle d’ombre pour se dissiper mystérieusement, les rendant aussi mobiles que létaux.         Ils empestent la frayeur elle-même et rien ne semble plus délectable à leurs yeux que le regard horrifié d’une victime avant que celle-ci ne succombe pour de bon. Ils prennent un plaisir vicieux, eux aussi, à faire souffrir aussi longtemps que possible les malheureux qui croisent leur chemin à la seule nuance que si les maniaques le font sur le plan physique, les voiles noirs, quant à eux, useront de tous les moyens possibles pour faire endurer les pires cauchemars à ces pauvres innocents. Même eux finiraient par souhaiter qu’un maniaque vienne plutôt s’occuper de leur sort. Que le premier crétin vivant qui croit que sa vie est misérable ne crie plus trop fort qu’il vit un cauchemar…ces drows risqueraient trop de prendre envie de venir leur démontrer qu’ils avaient tord…
Back to top
Visit poster’s website
AD Agoroth
Administrateur

Offline

Joined: 09 Jul 2007
Posts: 860

PostPosted: Sat 8 Dec - 13:42 (2007)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Mise à jour de l'apparence des classes, voir premier post!
Back to top
Visit poster’s website
Identity


Offline

Joined: 21 Feb 2008
Posts: 21

PostPosted: Fri 22 Feb - 14:34 (2008)    Post subject: Les Drows Reply with quote


Note pour l’auteur : J’ai énormément modifié le texte de « Adepte des lames », peux tu vérifier si il a toujours le sens original ?


Adepte des lames : Lorsque l’on est issu de la race la plus cruelle et sournoise de tout le continent, il importe de savoir se prémunir des multitudes d’embuscades et d’attaques dont on finit fatalement par prendre part. Que faire alors lorsque nous n’avons guère eut la chance de naître parmi l’élite ou même lorsque aucun apprentissage magique démoniaque ne s’est offert à nous et même encore quand des décennies de travail forcé et de disette nous ont empêché de s’entraîner à devenir de grands guerriers? Il reste ces ustensiles de métaux largement moins impressionnants…lames de toutes sortes, dagues, poignards, coutelas etc. Heureusement, pour avoir réussi à survivre aussi longtemps, les drows qui font partie de ce groupe sont dotés d’une agilité suffisamment aiguisée pour combler leurs lacunes physiques et savent généralement en tirer profit. Ces elfes noirs sont particulièrement cruels et sadiques et ceux qui réussissent à progresser deviennent souvent de véritables tueurs sans merci. De par leur origine : les pires castes possibles, ils sont devenus des moins que rien qui ont passé leur vie entière à souffrir et à endurer un calvaire. Parfois jusqu’à ce que des hauts dirigeants daignent les relâcher en voyant en eux un potentiel suffisamment intéressant ou parfois encore, tout simplement parce que l’Arsuk Kin Naï avait besoin de chair à canon et de loques pour les premiers rangs. Ils sont méprisés par les autres elfes noirs étant donné leur origine et la majorité d’entre eux ne dépasse même pas la moitié de l’espérance de vie d’un drow. Néanmoins, ne les sous-estimez jamais, qu’importe le rang dont vous faîtes partie car l’instinct de survie et leur soif de vivre en font de terribles adversaires qui n’ont aucun honneur et qui n’hésiteront pas à vous achever de sang froid si cela peut leur donner un maigre répit.


Fanatique : Les adeptes des lames étant de nature renfermés, la majorité d’entre eux passent le plus clair de leur temps à tout garder en eux, à accumuler la haine, la frustration et même le désespoir au point qu’ils en viennent à s’automutiler pour laisser échapper toute ces pressions. Le fait est que, ces blessures qu’ils s’infligent violemment combinées à toutes celles qu’ils ont endurées par le passé ont fait d’eux de véritables érudits de la douleur. Ils ont des notions d’anatomie particulièrement surprenantes et sont des maîtres dans l’art de savoir où frapper et ce, autant avec leurs armes qu’avec leur langue. Ce sont des êtres qui viennent vous piquer au vif et qui cherchent constamment à blesser sauvagement leurs opposants sans toutefois les tuer. Ils éprouvent une sorte de plaisir vicieux à se délecter du malheur des autres, comme s’ils devaient faire payer à quiconque leurs souffrances du passé. Notion à ne jamais aborder avec eux, ils ne se considèrent absolument plus comme les laquais que sont les adeptes des lames et iront jusqu’à renier leur appartenance à leur caste. Ils sont bien moins impulsifs et sauvages qu’avant étant donné qu’ils ont remarqué que pour survivre, il y avait un moment et un temps à toute chose mais sont tout de même toujours capable d’actes d’une violence inouïe. Finalement, une rumeur intrigante et effrayante dit qu’à force de subir maintes et maintes blessures mal guéries, leur sang en est devenu souillé et vicié, on raconte même que certains s’en servent comme poison contre leurs adversaires.


Maniaque : En atteignant ce stade, on frôle le point culminant en terme de douleur et de souffrance
autant l’instigateur que pour ses futurs victimes. Tout d’abord, pour qu’un fanatique soit attitré ainsi, il survient généralement des évènements très traumatisants qui bouscule sa vie car une fois ce stade atteint, le drow en question devient un être dépourvu de toute compassion, de pitié et même de cœur. Plus rien ne semble l’atteindre, plus aucune émotion ne lui est perceptible, sauf l’extase que lui procure de charcuter ses victimes et de les faire s’égosiller sous la douleur. La rage qui bouille parfois en lui, lui fait commettre des actes d’une atrocité extrême. Ce drow maléfique en veut généralement à l’ensemble de la population du continent pour ses malheurs et leur démontrera, de façon très peu singulière comment il à l’intention de réclamer justice pour les sévices qui lui furent infligées autrefois. Il traîne toujours sur lui une multitude d’armes de petites tailles et d’outils de tortures, s’assurant d’être toujours prêt en cas d’une éventuelle séance de torture. De vieilles légendes racontent que certains d’entres eux ne sentiraient même plus la douleur d’une lame qui les pénètre étant donné qu’ils se sont accorder eux-mêmes ce traitement des milliers de fois. Ils ont étudié l’anatomie de bien des créatures et leur savoir dans ce domaine frôle tellement la perfection qu’il n’est pas rare de les voir surgir de n’importe où pour frapper d’un seul et unique coup un endroit bien précis et que l’instant d’après, leur adversaire s’effondre sur le sol dans un spasme de douleurs. Malheur à lui car son calvaire ne fait souvent que commencer et des rumeurs prétendent même que certains maniaques seraient capable de faire endurer des douleurs inimaginables sur un laps de temps qui l’est tout autant…faisant agoniser sa victime sans jamais que celle-ci n’ait la chance de trépasser…


Affilié des ombres : Très rares sont ceux qui accèdent à cette section parmi les adeptes des lames. Tout d’abord, parce qu’ils devront avant tout apprendre à contrôler cette haine qui bouille en eux et la canaliser pour l’utiliser au bon moment. Ensuite, atteindre ce rang demande un entraînement des plus fastidieux que très peu réussissent en raison de son extrême difficulté. Tirant toujours profit de leur agilité que leur a inculqué leur mode de vie, les affiliés des ombres sont des êtres furtifs et discrets qui ne laissent aucuns obstacles s’imposer entre eux et leur but ultime, soit de devenir l’un des rarissimes assassin des ombres. Pour ce faire, ces elfes noirs apprendront à ne faire qu’un avec leur créature mère, l’araignée. Ils apprendront à devenir aussi patients qu’elle et à tisser les plus ingénieux plans afin de capturer son ennemi une fois pour toute. Malgré tout, il va de soit que leur bagage en terme d’histoires et d’expériences les poursuit encore et ils sont toujours autant en admiration devant la souffrance d’un être. La seule différence avec leurs comparses fanatiques, c’est qu’ils seront bien plus disposés à attendre et cela ne fera qu’accroître leur état d’exaltation qui résultera de leur succès. Ces drows ne sont pas à prendre à la légère et gare à celui ou celle qui oserait leur faire une plaisanterie de mauvais goût car ils n’hésiteront pas à traquer sans relâche pour se faire justice.


Assassin des ombres : L’apogée d’un entraînement si rigoureux et douloureux mènera certains des meilleurs affiliés des ombres à devenir l’un des prestigieux assassin des ombres. Ils portent bien leur nom car effectivement…on semble ne jamais les voir. Telles des ombres, ils se glissent sournoisement un peu partout, le temps d’éclairer un recoin, la pénombre s’est dissipée et on se retrouve avec une lame sous la gorge à se faire susurrer un dernier avertissement ironique à l’oreille, à sentir une dernière fois le souffle rauque et chaud d’une voix avant de partir à jamais. Ils sont choisis par les matrones pour les plus compliquées et périlleuses missions d’infiltration et de manipulation. On les compte comme parmi les êtres les plus loyaux qui existent, à condition bien entendu d’en payer le prix…effectivement, les assassins des ombres raffolent du pouvoir et de l’argent ainsi que de la gloire personnelle, chose probablement due au fait qu’ils n’ont jamais pu en acquérir par le passé étant donné la caste dont ils sont issus. Narcissiques à l’extrême, ce sont des gens à ne pas contrarier, voire même à ne pas côtoyer car leur réseau d’informations se compare à une toile d’araignée ; tisser de parts et d’autres, de façon éloignée ou très intime envers tout le monde et ils possèdent généralement de bons contacts pour s’occuper des affaires de bas niveau comme ils se plaisent à les appeler. Craignez ces êtres sans pitié car eux ne craignent personne…si ce n’est leurs homologues des autres maisons…

Épéiste : La classe moyenne des combattants, sans être dotés d’un savoir martial très développé mais bien au-dessus des larves que sont les esclaves ou les (insoumis), ces drows sont d’abord et avant tout envoyés dans ce regroupement pour parfaire leurs techniques et devenir de véritables machines à piller et à tuer. Pour ce faire, un ancien rite de passage drow qui s’étale sur plusieurs années a été élaboré afin de ne conserver que les champions des champions. Initialement, ces elfes noirs sont soutirés à leurs familles et iront apprendre dans les arènes les rudiments des combats pendant plusieurs décennies. L’entraînement sera sans relâche et les faibles seront vite éliminés et ce, grâce à un stratagème aussi ingénieux que sadique. Tous les ans, les aspirants se regroupent au centre de l’arène et doivent affronter des hordes de créatures diverses et la victoire permet aux gagnants de conserver un prix spécial pour les drows : la vie. À la fin de leur apprentissage, ces mêmes aspirants finiront alors par se battre en combat général, l’occasion rêvée pour les familles de démontrer leur suprématie ou leur échec… Le fait d’avoir été formé de cette façon a amené ces elfes maudits à devenir les plus solidaires de leur race car l’unité garantissait leur survie. Ce sont des êtres un tant soit peu honorable et fier mais il est indispensable de signaler que comme n’importe lequel autre de leurs frères, il n’y a rien qui puisse les éloigner de leur but premier, devenir de grands champions adulés. Généralement, il n’y aura personne ou rien qui pourra les empêcher d’atteindre cet idéal que leurs maîtres d’armes les force à adopter.


Cavalier sombre : Les plus imposants et féroces drows auront l’occasion, souvent par de nombreux stratagèmes et alliances de toutes sortes, de quitter l’arène une fois pour toute et de se diriger vers un autre type d’apprentissage, la gestion et le commandement des armées. Si ils continuent de s’entraîner intensivement sur le plan martial, ils se verront alors diriger vers les plus grands stratèges de l’Arsuk Kin Naï qui leur enseigneront les grands savoirs du peuple drow. Ce sont des êtres extraordinairement respectés par leur simple prestance mais pour pouvoir perdurer dans cette voie, les cavaliers sombres devront énormement s’investir, s’armer de patience et d’audace afin d’impressionner les grandes instances par leurs faits d’armes. Effectivement, il est plutôt rare dans une maison de voir un stratège en place bien longtemps à moins qu’il n’accumule les victoires de façon surprenante mais encore là, le gros danger de faire partie de ce rang est que, bien souvent jalousés, les meilleurs disparaissent mystérieusement et les plus faibles s’éclipsent tout autant mais…un peu moins discrètement. Comme dans toutes les autres sphères, seule l’élite restera et en ce qui concerne la gestion de leur armée, les Maisons sont très rarement clémentes. Cependant, force est d’admettre qu’en dépit des risques que cela inclut, les membres adhérant à ce groupe mérite généralement leur place et leur savoir est si alarmant que les autres races restent souvent en douloureuse admiration devant les plans habilement concoctés de ces drows. Ils sont des leaders nés qui n’hésite pas à faire valoir leur opinion et ce, de n’importe quelle manière s’il le faut. De plus, ce sont des êtres sûrs d’eux-mêmes, efficaces dans toutes les situations et particulièrement vifs d’esprit.


Chasseur nocturne : Majoritairement composé de mâles, il s’agit probablement du seul regroupement drow à qui son peuple accorde du respect en dépit du faible taux de femelles. Ils sont la main gauche des Matrones, elles qui dirigent de la droite et châtie de la gauche. Ce qui leur garantit ce respect et leur importance est leur fanatisme à étendre la suprématie drow dans l’ensemble du continent. Légèrement plus dédaigneux à l’encontre des autres races maléfiques, ils considèrent que leur peuple est définitivement LE peuple élu parmi tous les autres. Cet aveuglement fait d’eux des êtres dénués de tout sentiment envers les autres racailles comme ils aiment les appeler. À la différence des simples cavaliers sombres, les chasseurs nocturnes sont non seulement reconnus pour leurs tactiques sans faille mais aussi pour la façon dont ils agissent. Effectivement, leur stratégie préférée consiste à effectuer des raids meurtriers sur les villages et autres villes, mettant à feu et à sang tout ce qui se trouve sur le passage, pillant toutes ressources et massacrant tout être vivant. Vous direz alors qu’il n’y a rien de spécial à cette technique qu’une foule d’autres races exécute, je vous l’accorde mais c’est que la nuance chez les chasseurs nocturnes réside dans la vitesse effarante à laquelle ils opèrent. Nul ne les voit venir, l’espace d’un moment, un cavalier solitaire rôde et le temps qu’il faut pour faire pénétrer une lame dans le corps d’une fraîche et innocente victime, une série de ces pairs surgissent de nulle part et pourfendent tout ce qui se trouve sur leur passage. Les plus grands tacticiens de la Tri-Alliance s’affairent depuis des années à contrecarrer leurs plans mais rien n’y fait…ils ont toujours une indiscutable et impossible avance…


Entailleur : La grande majorité des épéistes, du moins ceux qui survivent au rite de passage, n’ont pas la chance d’accéder dans les rangs des cavaliers sombres mais qu’à cela ne tienne, ils seront pris en charge par les plus grands maîtres d’armes parce que au moins, cette fois, ils auront démontré qu’ils valent la peine d’être entraîné davantage, si ce n’est que pour massacrer d’autres de leurs abrutis de cousins. Ils se muniront alors d’un sabre spécialement conçu pour eux et apprendront une série de techniques mortelles et terrifiantes pour contrer l’ennemi. Alliant finesse et puissance, on leur apprend que tout être possède sa faille. Que ce soit celle d’une armure d’un opposant trop sûr de lui ou de l’esprit d’un autre un peu trop arrogant, il y a toujours une façon de briser l’adversaire. On leur enseigne à se battre avec leur esprit, ce qui permet de développer chez eux un esprit d’analyse très prisé par les autres. Ce sont des drows dotés d’une rigueur hors du commun, ils sont très sévères envers eux-mêmes et réalisent que même si dans certaines batailles, il faut se tenir en groupe pour vaincre, il y a des moments ou l’on ne peut compter que sur soi-même, particulièrement dans la société dans laquelle ils vivent. Lorsqu’ils se fixent un objectif, encore une fois, rien ne peut les déroger d’atteindre celui-ci. Il n’est pas rare de voir les entailleurs passer des heures entières à répéter le même mouvement dans le but d’atteindre la perfection. Le sort ne les ayant pas muni d’assez de chance pour entrer dans l’ordre des cavaliers sombres, ils savent qu’ils auront à doubler d’ardeur si un jour ils veulent être respectés à la valeur qu’ils jugent que l’on doit leur accorder.




Sombre cœur : Atteindre ce titre fait autant preuve de miracle que de terreur. Effectivement, on ne peut dénombrer les quelques rares légendes que l’on nomme sombre cœur. Alors que bien des entailleurs finissent leur carrière en gisant inertes sur le sol, certains, par on ne sait quel prodige, arrive à se relever et à continuer leur carrière d’arénaire éperdument. Outre l’intervention divine, on raconte qu’il s’agirait de certains démons oubliés qui, voyant la façon impressionnante voire quasi-parfaite de combattre, leur permirent de retourner fouler le sol du continent et de déverser de façon chaotique leur talent sur tous les ennemis du peuple drow. Effectivement, les quelques personnes ayant atteint ce rang deviennent de véritables maître du combat et l’entraînement dur et pénible qu’ils se sont obligés à suivre tout au long de leur vie y est pour quelque chose. Néanmoins, ils font fi de tout cela, tout autant que l’admiration que cela procure chez les autres car pour eux, tout ce qui compte, c’est de devenir encore meilleur, au-delà même de toutes les possibilités envisageables par le commun du monde. Ayant connu l’horreur et la froideur de la mort, ils n’ont aucun sentiment particulier, n’éprouvant même pas la haine légendaire qui caractérise les elfes noirs pour leurs cousins. Les sombres cœurs ne portent aucun intérêt aux guerres ou à la suprématie de la race. Ce sont des individualistes qui méprisent les faibles et les lâches et qui n’hésiteront pas à donner la mort, qu’ils voient comme une délivrance pour la victime plutôt que comme une punition, eux qui ne craignent dorénavant plus grand chose.

Lancier : À la naissance, lors de l’évaluation par la Matrone de chaque maison respective, il arrive que celle-ci dénote un grand talent et de fortes aptitudes guerrières chez le nouveau-né. Celui-ci aura alors la chance de faire partie de l’élite martiale au corps à corps. En effet, intégrer la caste des lanciers est l’un des plus grands honneurs auxquels peut accéder un elfe noir. Ils ont des aptitudes innées dans l’art de la protection et leur rôle dans la citée est autant apprécié et respecté par les autres que par eux-mêmes. Évidemment, à force de se faire répéter qu’ils sont l’élite de l’élite au niveau du combat en corps à corps ( ils omettent toujours de préciser ce petit passage, se considérant uniquement comme l’élite ), ils finissent par développer un caractère un tant soi peu narcissique et arrogant. Heureusement, les diablotins qu’on leur attitre dès la naissance s’empresse bien vite de leur apprendre les notions d’humilité et de loyauté, faisant d’eux des individus très prisés par chaque Maison. À force de labeur et de rigueur, ils deviennent généralement les combattants ayant acquis le plus de sagesse au rang de l’Arsuk Kin Naï. Tout d’abord employé comme protecteur de jeunes nobles à qui l’on prédit un avenir particulièrement prometteur, les meilleurs des lanciers ne prendront guère de temps à gravir les échelons de la notoriété et pourront alors accomplir des missions de protection plus poussées. Le seul contrecoup à tout ceci est que, comme dans toute société bien organisée, de grandes responsabilités amènent de grandes attentes et dans la citée drow, ce principe est plus que vital. Les faibles et les lâches sont donc bien vite mis hors d’état de nuire, rendant alors la caste encore plus efficace que jamais car ici plus qu’ailleurs, les meilleurs demeurent.


Garde noir : Les lanciers qui arrivent à se démarquer et à faire preuve de suffisamment d’assiduité auront la chance de poursuivre leur rôle de protection envers les grandes instances. Ils deviendront aussitôt les pairs de leurs employeurs car, à force de les suivre dans tout ce qu’ils entreprennent, d’être toujours l’ombre qui les accompagne, ils finissent par acquérir la même expérience que ceux-ci. Étrangement, c’est un peu comme si ce contact forcé les amenait à développer des caractéristiques et des attributs très particuliers à leur employeur. C’est ainsi que l’on vit certains d’entres eux intégrer des notions inédites comme l’alchimie ou la cryptologie. Outre cela, il est indispensable de dire que ce sont de véritables modèle de loyauté que rien ni personne ne peuvent les empêcher d’accomplir leur devoir. Généralement de très forte carrure, ce sont des êtres imposants qui savent se faire respecter partout où ils passent et ce, sans même avoir à commettre un geste ou prononcer un seul mot tant leur silence est éloquent. Les gardes noirs n’ont pas l’humour facile et même le sarcasme et l’ironie drow tend à les énerver et même, à certains malheureux moments, à les faire sortir de leurs gonds. Étant spécifiquement entraînés pour la défense, ils ont délaissé l’attitude narquoise qui caractérise leurs compères maître d’armes et même qu’au contraire, leur humilité laissent même les plus bêtes croire que ce sont des êtres dociles et soumis mais surprise au premier qui oserait soupçonner ceci un peu trop longtemps et pire encore à ceux qui pourrait juste tout simplement penser dans une éventualité probable s’attaquer à leur employeur…


Mutilé : La souffrance qu’ils endurent jour après jour pour leur maître amène heureusement une grande et douce satisfaction : la fierté. Ce mot, ils en font un idéal, une raison de vivre. Il s’agit indéniablement de leur plus grande qualité mais aussi de leur plus terrible défaut. Les mutilés se sont donnés le terrible mandat de protéger le drow qu’ils servent au prix de leur propre vie s’il le fallait. Ils n’ont aucune connaissance de la peur en tant que tel, la douleur est une chose normale et anodine pour eux tant ils sont habitués de prendre les coups pour leur employeur. De surcroît, les mutilés ont même tendance à prendre bien soin de chacune des plaies qu’ils subissent de façon à les exposer et les conserver le plus impeccables possible afin que tous voient que nul ne pourra approcher tant qu’un mutilé sera en place mais aussi pour se rappeler ce pourquoi ils agissent ainsi. Par contre, malheur à celui qui faillira dans sa tâche, la honte ne sera jamais assez grande pour lui et il sombrera dans la plus grande déchéance possible et rares sont ceux qui en ressortent. Les mutilés sont parmi les drows les plus silencieux et les plus discrets qui existent dans la citée, étant donné qu’ils ont appris rapidement, parfois même à leurs dépends, que le silence est d’or dans le rôle qu’ils poursuivent. Ils ont appris par eux-mêmes de terribles techniques qui s’avèrent totalement mortelles pour un adversaire un tant soi peu non avisé. En plus d’être autodidacte au maximum, chaque mutilé a continué d’approfondir ses connaissances en fonction de son maître, le rendant aussi unique que mystérieux. Il va de soi qu’avec tant de secrets et de discipline, même le plus dangereux assassin devra y penser par deux fois avant de commettre un acte qu’un mutilé jugerait irréfléchi car avec eux…on doit toujours y songer avant d’entreprendre quoique ce soit.. Cette sagesse ne fait que les rendre d’autant plus terrifiants lorsqu’ils la combine avec leurs habiletés martiales.


Maître lancier : Lorsqu’il arrive au terme de son premier contrat, du moins faut-il toujours qu’il ait la chance de l’accomplir, le lancier se voit offrir d’honorer celui-ci ou de se détacher de ce rôle pour rejoindre les rangs de l’Arsuk Kin Naï. On lui confiera alors toutes sortes de missions mais plus particulièrement celles d’ordres défensives. Ces lanciers seront confinés aux mains des plus grands combattants de cette caste qui continueront de leur bourrer le cerveau de paroles appuyant sur le fait qu’ils sont de véritables élus et qu’ils sont les meilleurs combattants que la société drow a engendrée. Ce renforcement crée bien souvent chez eux un sentiment d’égocentrisme et de narcissisme profond commun à tous les drows mais qui dévient exacerbé chez eux, se croyant au dessus de tout. Les maîtres lanciers sont très méprisants envers les castes inférieures et ne se soucient rarement de l’opinion des autres. Cet individualisme est à l’origine de beaucoup de tension entre eux et les membres des autres castes. Alors que les entailleurs apprendront à se servir de leur esprit pour défaire l’opposant, les rangs des lanciers misent avant tout sur la lance en tant que tel. En effet, pour chaque maître lancier, la seule chose qui importe est son arme, sans elle, il n’est rien et sans lui, elle subit le même sort. Ils délaisseront légèrement l’aspect défensif de cette arme et en optimiseront toutes les capacités, que ce soit en terme d’allonge, d’offense ou de protection. Ils vivent pour obéir fidèlement aux demandes des castes supérieures et ce sont généralement eux qui sont envoyés par les différentes Maisons afin d’appliquer les sentences mineures au sein de celles-ci. Il vaudrait mieux ne jamais s’approcher de ces elfes maléfiques et encore moins avoir la prétention de regarder leur lance d’un peu trop près…ils sont souvent tendance à interpréter les choses d’une drôle de façon.


Empaleur : Probablement les soldats les moins furtifs de toute l’armée drow, les empaleurs sont l’élite de l’élite en terme de lancier. Mortellement précis, incroyablement rapides, terriblement puissants ne sont que quelques caractéristiques que l’on peut associer à ces véritables as du combat. On retrouve généralement ces elfes corrompus dans les premières lignes de l’Arsuk Kin Naï, vociférant des ordres à en perdre la voix dans le seul but d’attirer l’attention vers eux car, plus que jamais, les empaleurs sont devenus des êtres dont l’auto admiration ne connaît plus de limites. Ils aiment être sous les feux des projecteurs et donneraient n’importe quoi pour qu’on chante leurs louanges. Le simple fait d’agir ainsi suffit souvent à en amadouer plus d’un car bien qu’ils ne sont pas naturellement dotés d’un comportement des plus violents pour un drow, ils finissent bien souvent par en faire un peu trop et ont de la difficulté à comprendre le sens de la demi-mesure, agissant généralement toujours aux extrêmes. Ils sont capables des plus grands exploits comme du pire tant leur orgueil démesuré les pousse à prendre des décisions parfois un peu étrange. Néanmoins, rares sont ceux qui ont le courage de s’opposer à eux ou de simplement intervenir dans leurs choix car ils ont la rancune facile et surtout, celle-ci perdure habituellement indéfiniment jusqu’à ce qu’ils prouvent à leur manière à leur adversaire qu’il était dans le tort. Bénis d’une force incommensurable et d’une puissance infernale, ces drows arrivent à commettre les pires atrocités, on raconte même que celui ou celle qui à le malheur de baisser sa garde finira bien vite embrocher au bout du pique. Qui plus est, les légendes racontent que ce châtiment qu’ils aiment tant offrir n’est rien comparé face à la furie dévastatrice dont ils font preuve à certains moments. Instables, impulsifs, démoniaques, ces drows sont une véritable plaie pour quiconque les rencontre mais dans les mains de tous ceux et celles qui arrivent à les maîtriser efficacement, ils deviennent un atout non-négligeable voire fatal à bon nombre de Maisons ou aux ennemis de l’Arsuk Kin Naï.

Arbalétrier : Les nouveau-nés pourvus d’aptitudes visuelles hors du commun et d’un esprit analytique très poussé seront rapidement envoyés vers la caste des arbalétriers. Probablement celle où l’on y retrouve les drows les plus respectés après ceux qui possèdent le don de la magie, cette caste regroupe la horde de combattants la plus terrifiante qui n’ai jamais été assemblée. Tout comme leurs cousins, les elfes noirs ont rapidement compris le potentiel destructeur du combat à distance étant donné leurs facultés particulières qui les poussent à exceller dans ce domaine. Furtifs, dotés d’une vue très développée et d’un talent inné dans la fabrication d’armes de jet de grande qualité, les drows avaient déjà tout l’arsenal qu’il fallait pour devenir de véritables maîtres dans le domaine de l’archerie. Cependant, le nombre de jeunes qui rejoignent ces rangs n’est pas si impressionnant mais une raison explique tout ceci, l’excellence. Les Maisons n’y envoient que leurs plus grands espoirs et faire partie de cela représente un véritable honneur pour tout être qui ne peut contrôler la magie. Les arbalétriers sont toutefois généralement pourvus d’un tempérament très calme et posé. Ils se savent en sécurité, du moins autant qu’il est possible de l’être chez cette race, car ils sont à la fois à l’abri de l’ennemi lors des combats et à l’abri du courroux vengeur des Matrones étant donné la valeur qu’on leur accorde. Ne se sentant pas nécessairement privilégié ou imbus d’eux-mêmes d’occuper une telle place, ce sont habituellement les autres castes qui, bien que souvent très jaloux, leur vouent un culte et une admiration sans bornes. En effet, innombrables sont les conflits où le sort de centaines de drows était en péril et qu’ils sont sortis de nulle part, arme à la main, décimant l’opposant en un rien de temps. Ils sont particulièrement doués pour évaluer les distances et analyser en un rien de temps le schéma le plus complexe d’une bataille. Le sang-froid dont ils font régulièrement preuve combiné à leur mortelle précision fait d’eux des êtres plus que craints parmi les rangs de la Tri-Alliance.


Arbalétrier lourd : À force d’être toujours mis à l’écart de tous les rangs ordinaires, certains arbalétriers finiront par développer leur côté solitaire et deviendront de plus en plus autonomes. Bien que toujours un membre à part entière de l’Arsuk Kin Naï, celle-ci leur permet quelques privilèges dont celui d’agir un peu plus par eux-mêmes. Lors des batailles, il n’est pas rare de voir débarquer quelques dizaines de ces drows et sans qu’aucun n’ait le moindre mot à prononcer, ils sont déjà en train de se positionner uniformément et stratégiquement sur le terrain. Cette absence de nécessité à la communication fait d’eux des êtres très peu sociaux, préférant savourer eux-mêmes la joie du succès et de la gloire. Un caractère unique des arbalétriers lourds demeurent évidemment leur arme. Bien qu’il soit commun de voir de bons guerriers demander avec précision la fabrication de celle-ci, ces elfes corrompus iront pousser l’audace jusqu’au point de créer eux-mêmes leur outil de la mort. Ils s’équipent toujours d’arbalètes de gros calibre qu’ils apprêtent selon leur bon vouloir et n’hésiteront pas à la modifier à leur guise, tout dépendamment des besoins d’une situation. Minimiser les efforts tout en maximisant les effets, telle est leur devise. Lorsque les terrains de combats ne sont pas en train de réclamer d’autres cadavres pour ensemencer le sol, les arbalétriers lourds sont souvent utilisé à titre de chasseur, s’assurant du bon fonctionnement et du bon roulement de l’économie drow en ramenant les esclaves et les prisonniers un peu trop courageux. L’arsenal effarant dont ils sont équipés fait d’eux des maîtres de la capture et c’est grâce à eux en bonne partie que les prisons drows sont continuellement renflouées de nouvelles têtes. Ce sont des individus qui aiment se démarquer ainsi qu’accroître leur talent en archerie, dont le silence est bien souvent éloquent tant ils savent se montrer aussi imposant que ferme de leur simple regard. Ils sont très perfectionnistes et détestent qu’on ne les prenne pas au sérieux. Règle général, ils n’ont que faire de la bassesse drow, prenant uniquement les quelques ordres qu’ils acceptent des (magiciens), de leur Maison respective ou encore de drows qui ont réellement fait leur preuve selon LEURS critères. (À FAIRE ATTENTION : ce ne sont pas des imbéciles qui se foutent de tout, tout drow sait que se foutre des règles et de l’autorité mène à une mort plus que certaine)




Mire : L’entraînement spécial conçu pour les arbalétriers combiné avec le talent et l’expertise que possèdent certains elfes noirs mènent inéluctablement à la création du corps d’élite que sont les mires. Leur vie et la vôtre sont calculées minutieusement à la seconde près avec eux, à croire qu’ils décideront aussi du jour et de l’heure à laquelle ils trépasseront. Ils sont ultra perfectionnistes et horriblement organisés, sachant rapidement user de la stratégie parfaite tout en étant prêt à adapter leurs plans à n’importe quelle situation. Ayant atteint une notoriété presque sans équivalence, ils auront cependant une grande tendance à délaisser les rangs de l’Arsuk Kin Naï. En effet, celui-ci offre peu d’opportunités à ces légendes d’exercer avec satisfaction leurs habiletés. Bien que l’on ne sache jamais d’où ils sortent, ils sont toujours au poste lors des grands conflits d’importance majeure mais en ce qui concerne le reste de leur temps, ils errent bien souvent d’un bout à l’autre du continent dans l’espoir de trouver LE véritable opposant qui saura ranimer la flamme en eux, cette excitation de traquer, de rejouer au chat et à la souris et de bien sûr, en sortir vainqueur. C’est probablement la seule chose qui leur procure encore un certain plaisir car tuer est tellement devenu anodin et banal pour ces drows. Ce qui est intéressant à savoir avec eux, c’est qu’à force d’avoir voulu les rendre puissants et inatteignables, même les (caste sorciers ) finissent par en avoir peur étant donné qu’il n’existe presque pratiquement aucun moyen de les soudoyer ou de les forcer à obéir. Et pour ceux et celles qui décident alors de se tourner vers des moyens un peu plus radicaux pour leur faire comprendre la loyauté et la fidélité, s’engagent dans un processus de non-retour qui finit généralement par leur perte car piéger une mire est quasi-impossible. Ils voient toujours plusieurs coups à l’avance les gestes que l’adversaire fera et entreverra dès lors toutes les possibilités qui s’offriront à celui-ci. Les grands stratèges drows s’arrachent leurs conseils mais heureusement pour la Tri-Alliance, les mires ont généralement mieux à faire que s’occuper de cette tâche fastidieuse qu’ils jugeront indigne d’eux. Leur comportement est plus que loué par la Tri-Alliance, sachant comment leur potentiel destructeur les plongerait dans le plus grand des chaos et même les membres de la société drows doivent penser la même chose à certains moments…


Espion : Les arbalétriers ont mis l’accent lors de leur entraînement sur la furtivité et la précision. Alors que les arbalétriers lourds se tourneront davantage vers cette dernière, une autre partie se dirigera plutôt vers l’accentuation de la première. La collecte de l’information est un élément primordial qui joue énormément en faveur de celui ou celle en possédant un maximum lors d’une guerre. Comme la nation drow est perpétuellement dans cet état, que ce soit avec d’autres races ou simplement lors d’un conflit intestin, obtenir de l’information sur tous et chacun est devenu un but visé par toutes les Maisons. Les espions apprennent à se confondre dans tout environnement et même à se faire passer pour n’importe qui. Maîtres dans l’art de l’usurpation, de la manipulation et de tout ce qui est faux, ils sont rapidement devenus une denrée rare pour quiconque en position de diriger et qui veut s’assurer une main mise sur ses ennemis et même sur ses alliés. N’y a t il pas un meilleur moyen de se prémunir que ceci ? Pour réussir à accomplir leurs missions, une mémoire phénoménale est requise et il faut apprendre à se souvenir du moindre détail dans un délai de temps minime. Ils ont développé assidûment leur sang-froid ainsi que leur débrouillardise, deux outils indispensables lorsqu’ils se font prendre car la lutte à l’espionnage et au contre-espionnage est chose courante dans la citée des Fourbes. Seuls les plus fins réussiront à se rendre loin, en ce qui à trait aux autres, le destin seul sait ce qui peut les attendre…


Rafistoleur : L’échec est à prendre en compte, même chez un peuple aussi impitoyable que les Drows. C’est malheureusement le sort qui est réservé à certains elfes corrompus, d’errer dans la déchéance et le malheur après avoir échoué à plusieurs missions. Le seul point à la fois positif et complètement surprenant demeure qu’ils soient toujours en vie. En effet, on dénote chez eux une sorte de désir de vivre plus grand que chez n’importe qui d’autre au point qu’il semble que rien ne puisse les faire trépasser complètement, ils s’accrochent aussi férocement à la vie telle une sangsue qui refuse de se détacher de sa proie. Sans toutefois dire qu’ils sont immortels, ils ont acquis la capacité de se soigner eux-mêmes et il semblerait qu’aucune blessure ne soit assez grave pour eux afin de les faire passer dans l’autre monde une fois pour toute. On aurait déjà vu certains d’entres eux sur les champs de bataille, arrachant froidement les membres de leurs comparses décédés et les enfouir dans un énorme sac avant de partir au loin. Selon certains lugubres récits, les rafistoleurs seraient en mesure de recoudre non seulement les plaies mais aussi leurs membres tout entiers si cela devenait indispensable. De plus, à force d’avoir enduré la torture et la douleur lors des échecs cumulés, autant du côté de l’employeur, frustré de son lamentable laquai que du côté de la cible, décidé à savoir qui lui voulait du mal, les rafistoleurs possèderaient une sorte d’insensibilité à certaines douleurs. Les contraintes physiques leurs seraient banale futilité et la seule réaction distinguable lorsqu’on leur enfonce une dague dans les côtes est un rire narquois et machiavélique. Bien entendu, ils ont perdu la notoriété si enviée des (nom de caste) et sont souvent si honteux de leur passé qu’ils se promèneront régulièrement voilés et détestent plus que quiconque qu’on fasse référence à leur vie ou à leurs antécédents. Néanmoins, bien qu’on puisse croire qu’ils soient devenus de piètres individus, leurs nouvelles habiletés et aptitudes sont fortement appréciés auprès de certaines Maisons et il n’est pas rare que l’on engage ces drows afin de remplir un contrat assez particulier comme ils savent si bien le faire car ne méprisez jamais ces anciens champions de l’archerie, ils ont plus d’un tour dans leur sac.




Voile noir : Voici l’exemple du parfait opposé du rafistoleur. Pour atteindre un jour ce rang inestimable, il faudra beaucoup plus que du simple courage et de la bonne volonté à l’espion. Il devra passer au travers d’épreuves dont la difficulté dépasse tout entendement et il faudra, avant tout, qu’il réussisse chacune des missions élaborées par les différentes Maisons et autres castes. Les voiles noirs ont atteint la quasi-perfection au niveau de la furtivité au point tel qu’ils n’ont même plus d’ombre, elle fait partie intégrante d’eux-mêmes. Il faut savoir que, en règle général, les clans drows ne démontrent absolument aucune compassion pour ceux qui les déçoivent, à l’inverse, ils savent très bien comment récompenser ceux qui réussissent et s’exécutent selon leur bon vouloir. C’est ainsi que les voiles noirs se sont vus octroyer de puissants pouvoirs dont la source provient tout simplement des ténèbres. Ces dons démoniaques dont ils jouissent expliquent leur caractère toujours calme et impassible, se sachant évidemment à l’abri de bien des dangers. Même au centre des assauts les plus sanglants, il ne leur faut qu’une parcelle d’ombre pour se dissiper mystérieusement, les rendant aussi mobiles que létaux. Ils empestent la frayeur elle-même et rien ne semble plus délectable à leurs yeux que le regard horrifié d’une victime avant que celle-ci ne succombe pour de bon. Ils prennent un plaisir vicieux, eux aussi, à faire souffrir aussi longtemps que possible les malheureux qui croisent leur chemin à la seule nuance que si les maniaques le font sur le plan physique, les voiles noirs, quant à eux, useront de tous les moyens possibles pour faire endurer les pires cauchemars à ces pauvres innocents. Même eux finiraient par souhaiter qu’un maniaque vienne plutôt s’occuper de leur sort. Que le premier crétin vivant qui croit que sa vie est misérable ne crie plus trop fort qu’il vit un cauchemar…ces drows risqueraient trop de prendre envie de venir leur démontrer qu’ils avaient tord…






_________________
Back to top
MJ Kylah
Équipe de In-Memoria

Offline

Joined: 17 Nov 2007
Posts: 543
Localisation: L'eau

PostPosted: Fri 18 Sep - 23:28 (2009)    Post subject: Les Drows Reply with quote

Drows

Une histoire d’oppression


Nous sommes enfin libres! Révolu est le temps où nous changions de repaire à chaque décennie, laissant derrière les richesses accumulées dans nos demeures temporaires. L’époque où nous nous nourrissions de plantes sans pigmentation reposant au fond des cavernes et de vermines aussi infectes qu’hideuses n’est plus. L’âge noir de notre peuple est terminé. Profiterez-vous, Matrones, des promesses que Yashir respecte enfin?

Il y a des siècles, nous avons été sauvées de l’oppression des elfes lorsque Yashir nous délivra avec l’aide de Visham et Gormak. Une vie de servitude, soumises aux dogmes de dieux qui n’ont pas su protéger ce monde, n’était pas à l’image de la grandeur de notre puissance et de l’avenir qui s’ouvre à nous. Qu’on laisse à ces originels le soin de courber l’échine et punir ceux qu’on leur dit de punir et adorer ce qu’on leur impose d’adorer. Nous, nous vivrons comme il nous le permet, nous vivrons dans l’ascension et la gloire, possédant ces terres sans souffrir d’être réduits à l’esclavage. Nous sommes drows, nous sommes maîtres.

Aujourd’hui, nous regardons avec recul les évènements du passé et nous savons très bien, Matrones, que Yashir nous éduqua pour le mieux. Il ne nous a pas imposé de route, ne nous a pas forcées à l’apprécier. Il nous montra la vérité crue. Comment Agoroth était disparu de ce monde, comment ses quatre enfants se clamèrent possesseurs de son héritage, comment Mitilieth fut réduit au silence pour sa force et son talent. Si le puissant Feu fut emprisonné au centre de la terre, c’est là la preuve tangible que les trois autres dieux n’ont pas hésité à réduire leurs peuplades à l’impuissance. Quel est ce principe d’équilibre, sinon de servir une cause qui n’est pas la notre, d’accepter de demeurer mortels et vains et d’être les spectateurs d’un monde qui à l’origine fut créé pour nous? Les dieux, ainsi que les immortels qui les servent, ne sont que des esclavagistes, tortionnaires aux techniques plus perfides que Visham lui-même. Yashir nous a dérobées à cette malédiction dans la sournoiserie mais il ne s’est jamais caché de l’avoir fait pour ses principes d’un monde libre. Il nous a enseigné les vices qui régissent ce monde et aujourd’hui, il nous laisse bien libres de suivre ses préceptes ou non. Mais celle qui le fera sera bénie parmi toutes.

Mais aujourd’hui, l’épreuve des enseignements est terminée! Les exodes fréquents ne feront plus partie de notre horaire et nous allons enfin régner! Aujourd’hui, le peuple des hommes s’est scindé, en cette date bénie, et nous sortirons de sous les terres tel un fléau qui ne peut être repoussé. Ces creuseurs de tunnels, les nains, ne viendront plus nous importuner et nous repousser puisque nous règnerons à la surface! Nous allons appuyer les Exclus, rebelles de l’Empire, et allons siéger sur Othimbar! Qu’on se souvienne de cette date comme celle où le peuple drow commence son ascension! Les elfes sonneront la charge en voyant nos silhouettes obscures se dessiner à l’horizon mais nous les repousserons. Nous avons l’appui des immortels capturés dans l’Alambîme qui s’ouvrira à notre première charge. Nous laisserons les hommes prendre les coups et périr pour notre gloire et, comme des champions invaincus, prendrons les ruines d’une cité maudite.

Levez-vous, drows! Nous avons formé un peuple et bâti des rêves sur les principes de Yashir, le Libérateur. Il nous a donné foi et puissance, richesses et pouvoir. Aujourd’hui, et les jours qui suivront, nous rendrons honneur à son génie.


La libération

Dans un conseil d’êtres qui renient leur libre-arbitre, Yashir était parmi ceux qui croyaient en la puissance de l’individu. Dans un royaume où les fouets claquent et dirigent les peuples cordés à la file devant les dieux, Yashir acceptait les pulsions qui sommeillaient au fond de lui. Mya, la sauvage, répondit avec froideur à ses approches, elle qui, selon les mythes les plus anciens, serait la plus près de ses instincts. Merkanis, son fidèle comparse, a séduit avec hypocrisie l’objet du désir de notre Maître pour l’éloigner de ses émotions et le rendre encore plus docile. Pendant cinquante ans, il remua sa peine. Pendant cinquante ans, il ravala l’amertume et disparut de ce royaume stérile. Il commit enfin le suicide, pour tous les royaumes et pour les générations futures, refusant de plaider allégeance à un monde aussi stagnant que le leur. C’est pour ça qu’il nous a libérées de l’esclavage et c’est pour ça, Matrones, qu’il nous fit l’enseignement de la vérité. Il fut douloureux, et je jure devant vous que les mâles paieront, autant l’endoctrinement de Yashir que la mort qu’ils répandent par la guerre, mais il fut clément envers nous. De quelle souffrance nous plaignons-nous devant son cœur saigné, son suicide et sa renaissance? Ses errances et le rejet dont il a souffert sont d’inestimables douleurs qu’il nous a épargnées. Mais, Matrones, vous quatre qui avez fait naître le peuple drow avec moi, savez déjà ce dont je parle.

Mais notre peuple, ces larves naissantes qui n’ont jamais vu la lumière du jour ou expérimenté la douleur de la dictature, comment pourrait-il s’agenouiller devant des principes qui n’ont ni sens ni valeur pour lui? Quelle souffrance motivera leurs actes? Quelle soif de liberté auront-ils, naissant sur la surface et gavé à outrance? C’est pourquoi nous avons instauré la pire des autorités sur les cadets afin qu’ils expérimentent la servitude. Sinon, après quelques générations, qu’adviendrait-il de nos projets de renverser l’hégémonie des originels? Qu’adviendrait-il de notre soif de nous étendre sur le monde? Devant l’éternel, nos filles et nos fils se plairaient dans l’oisiveté comme les elfes. Ils deviendraient bâtards, s’accouplant avec les humains, pactisant avec les nains et accepteraient les lois de Xishaï, Kylah et Byron. Et les plus anciens seraient repoussés comme les humains sont au moment où je vous parle scindés par les rebelles et il ne resterait plus rien du sacrifice de Yashir. Nous devons être à nos enfants ce que les immortels sont aux peuples : des esclavagistes. Nous profiterons de la force de leur bras et de leur adresse pour édifier les bâtiments et renverser les royaumes. Nous usurperons leur bonne volonté pour nous gaver des meilleurs mets et accumuler les richesses. Les plus forts monteront et les plus faibles resteront au service de ceux qu’ils détestent. La tyrannie qu’ils ont connue sous terre ne s’éteindra pas après notre dernière migration et notre royaume sera gouverné par nous cinq. Nous sommes les seules à tout connaître de notre histoire et avons le plus d’expérience. Yashir nous enseigna directement et nous sommes donc ses élues que nul n’osera remplacer. Dans la souffrance, nous allons inculquer le désir de contrôler à nos descendants, nous allons leur donner la colère qui les propulsera contre l’ennemi et quand ils seront libérés de leurs liens, ils comprendront toute la pertinence de faire souffrir les êtres inférieurs. Le meilleur de nous-mêmes provient de ce que nous avons développé dans l’adversité. Nous serons les meilleures tortionnaires et les plus cruelles esclavagistes et notre royaume n’aura d’égal que la haine que nous déplacerons contre l’ennemi.

Yashir, lui, nous a toujours suivies et, une fois sorti de l’Alambîme, reviendra à nous et nous offrira de nouveaux présents. Il y a des siècles, lorsqu’il nous captura, il nous fit le don d’immenses pouvoirs et d’aptitudes vénérables. Je suis persuadée, mes sœurs, que lorsque nous ferons surface pour renverser l’Empire des hommes, il reviendra derrière nous et bénira ceux qui l’ont servi pendant son absence. Lui, qui a toujours encouragé la puissance de chaque descendant digne d’être recommandé, bénira ceux qui suivent ses préceptes. Il est dans notre devoir, Matrones, d’encourager la foi et le zèle qui ont fait office depuis la naissance de notre peuple. Ci-haut, les immortels et les dieux tenteront de charmer nos héritières et nous devrons maintenir en place le règne de Yashir pour notre propre avantage. Vos descendants, de chacune d’entre vous, forment des familles et c’est sur votre puissance et votre génie que reposera l’influence de vos gènes dans notre royaume. Pour encourager l’évolution et l’audace, nous n’avons d’autre choix que de punir l’oisif et le réduire aux quartiers les moins bien nantis et de récompenser le fort en le plaçant dans une position privilégiée. Vous serez libre de demander à Visham, Gormak ou Hakim l’appui dont vous avez besoin puisqu’ils ont toujours supporté notre Maître. Mais aucun d’entre eux n’a démontré la même dévotion à notre égard que Yashir.

Qu’il bénisse la plus fervente d’entre nous.

Fenaldra Sïl’Aura
Matrone, famille Sïl’Aura, la Seconde



La grâce elfique réinventée

Mon peuple, libre nation d’êtres au potentiel infini, je reviendrai bientôt à toi. Bientôt, cette cage qui me retient, ce vide interminable dans lequel je baigne et je stagne rompra. Hakim aura bientôt terminé sa sale besogne qu’il garde pour lui sur la surface et il viendra agrandir la faille béante des immortels. Leur imperfection n’a aucune limite et ils échouent là même où ils veulent réussir le plus.

D’ici, je ne peux t’apercevoir, mon héritier, mais je n’ai pas oublié ce que tu es. Je n’ai pas oublié la peau et la chevelure gris clair du nourrisson qui dès la naissance hurle la colère de l’oppression. En vieillissant, sa peau qui s’assombrit alors que sa chevelure se videra de sa couleur, toutes deux l’image même de son génie et de sa fidélité. Les plus clairs resteront parmi les esclaves jusqu’à ce qu’ils s’avilissent et apprennent les durs rudiments de la vie alors que les plus sombres, plus anciens ou jeunes prodiges, figureront parmi les hautes castes de la société. Mais cette pigmentation, ne la prend pas pour acquise, toi qui siège sur les trônes d’une académie ou qui gouverne les armées. Bien vite, si tu t’endors et laisse les années passer, la réconfortante miséricorde te rendra aussi pâle qu’un elfe et tu retourneras croupir dans les bas fonds.

Ah… les elfes… Même ici, je ne les ai pas oubliés. Comment se vantent-ils d’être beaux et graciles et de posséder toutes les qualités. Ils narguent les races qui leur ont succédé mais ils ne nous connaissent pas encore, nous, leurs… cousins… non, leurs frères. J’imagine que les années pendant lesquelles j’ai croupi ici auront suffi à nous faire connaître un tant soit peu mais lorsqu’ils nous verrons faire surface et que je vous rejoindrai, j’ai bien hâte de voir leur mine dépitée. Nous sommes encore plus fins et graciles qu’eux, quoiqu’un peu plus petits – notre vie dans les cavernes aura fait souffrir les générations qui ont suivi – mais notre hargne n’a d’égal que les décennies d’oppression dont nous avons souffert. Votre beauté me manque également, femelles. Vos traits raffinés derrière ce visage d’un noir de jais. Votre silhouette généreuse qui invite aux excès – et votre regard de braise qui invite à la tempérance – me manque. De toutes, ce sont les farouches aux yeux verts que je préfère. Les mâles et leur musculature sculptée dans les mines suffocantes dans les profondeurs, leur iris rouge, noir et de toutes les couleurs sombres, à l’opposé du mauve, du bleu et des couleurs vives des femelles, m’ont toujours inspiré le respect, malgré l’oppression dont ils souffrent J’en suis responsable, mais les Matrones et leurs élues sont beaucoup plus promptes aux excès de la raison que les hommes et cela n’est que plus propice au zèle que je désire chez mes capitaines.

Ah, je m’ennuie de vous contempler, Matrones. Comme vous devez être noires aujourd’hui!

-Extrait des correspondances de Yashir lors de son séjour dans l’Alambîme



Extraits du guide des Nouveaux Elfes, rédigé par Yashir. An 701 du Second Âge.

L’édification des Nouveaux Elfes

Nous sommes en l’an 701. Après des siècles de méditation et de préparation ainsi que de guerre et de déchirements, j’ai enfin mis la main sur ma dernière convoitée. Moi, Yashir, serai votre nouveau maître. Ces elfes froids, chiens dociles des dieux prétentieux, ont à de nombreuses reprises démontré leur incompétence à s’épanouir sur le monde qui leur était offert. Parce que j’étais puissant, à cause de mon désir de régner sur ce monde tel un dieu, comme l’ont fait nos prédécesseurs en castrant Agoroth, on m’a rejeté. Aujourd’hui, avec l’aide de mes précieux alliés qui désirent posséder ce royaume terrestre, j’ai la chance d’édifier ma propre race.

Les cinq grandes dames elfiques qui ont rejoint mes rangs de force, je les baptise Matrones. Elles subiront les pires sévices et devront obtempérer devant ma grandeur. De la souffrance, elles grandiront et accepteront mes préceptes. De la douleur, elles retireront le plaisir de la servitude et le désir de dominer sur les êtres faibles. Lorsqu’elles auront rejeté les préceptes d’obéissance des dieux et les dogmes d’humilité, de dévotion et de toute vertu aliénante, elles seront prêtes à porter ma descendance. Je n’aurai pas à les prendre de force, non, elles s’offriront à moi. Elles supplieront le vice de la luxure comme une ultime faveur et se sentiront honorées d’obtenir mes attentions altruistes. Avec elles, nous fonderont une nouvelle génération, les Nouveaux Elfes, et je les nommerai Drows, comme ces créatures des ténèbres mythiques qui surgissent des profondeurs pour corrompre le monde. Je les nommerai ainsi puisque c’est de cette manière que les dieux, assis sur les lauriers de leur puissance, traiteront mes enfants révolutionnaires et libres. Lorsqu’elles m’auront donné les premiers enfants, elles dicteront leur voie et les contraindront à un destin inévitable. Arcanes, art de la guerre, artisanat, sciences, etc. tout sera déjà dicté pour eux. Ils grandiront dans l’oppression et serviront les fins des Matrones que j’aurai rendues par la torture assoiffées de pouvoir et emplies de vengeance. Pour que chacun de mes héritiers soit porté à se dépasser, je les mettrai en situation de compétition et seule la Matriarche, supérieure aux autres Matrones par mutinerie, savoir, guerre et/ou toute autre manière d’usurper le pouvoir, recevra mes dons et mon attention. Elle gèrera les pouvoirs de ma cité et dirigera mes enfants. Lente sera l’ascension de la larve vers la suprématie, à l’image de ma personne qui, malgré un potentiel infini, dut pendant des siècles et des siècles errer comme un paria. Et je plains déjà les mâles de ma progéniture : j’ai tant torturé les Matrones qu’elles en voudront à chaque être phallique de venir au monde et je sais déjà qu’elles les rabaisseront. Je n’oublierai pas le courage de mon sexe et je vais veiller sur eux comme un père, comme un dieu. Mais je dois avouer que la chair d’une femme me donnera beaucoup plus envie que les muscles de mes serviteurs.

[…]

Il ne faut pas oublier après la revue de ces principes que la liberté est fondamentale pour ceux qui s’élèvent. Que ceux qui n’arrivent pas à sortir de la vase de l’incompétence restent parmi les médiocres! Il faut des esclaves pour toute nation afin de libérer le temps précieux des meilleurs penseurs et des plus habiles. Fouettez-les, brûlez-les, insultez-les et faites-en ce que bon vous semble. Si ces dociles ont encore au fond d’eux une parcelle de soumission ou de bonté, c’est que les dieux prétentieux ont encore une emprise sur eux qui les empêchent de s’élever. Lorsque la hargne les prendra au cœur, suffisamment pour s’émanciper – par l’exil, le fratricide, et toute autre bonne manière – ils seront prêts à s’élever. Pas d’esclave qui grimpe en étant très dévoué! Pas de prisonnier qui s’échappe pour avoir dit la vérité! Mais prudence! Il faut à la fois être assuré d’obtenir le dernier coup et d’avoir ce que l’on cherche en premier lieu. Un Drow qui relâchera un prisonnier, ah mon doux enfant, ne le fera pas pour respecter un marché quelconque ou par bonté! S’il était connu sur mers et mondes que nous ne respectons jamais nos conditions, qui passerait à l’aveu? Bien que la mort sera toujours plus agréable que les tortures que je vous enseignerai – écartelez, ciselez, étirez, privez, etc. – assurez-vous toujours d’avoir des prisonniers qui ne savent pas à quoi s’attendre. Soyez ingénieux! Ou risquez de prendre la place de votre victime… Après tout, pour celui né dans l’oppression, n’est-il pas agréable d’être à son tour le tortionnaire?

Le prochain point est… vital. Il parlera de survivalisme. (Quel bon poète je fais, trouvez-vous, héritiers?) Personne n’aura jamais connu plus rudes conditions que vous. Où vous naîtrez, pendant le huitième et le neuvième siècle, qui arrivent au moment où je vous rédige cet ouvrage, vous serez dans la poussière, vous traînerez dans l’obscurité et ramperez dans la famine et les reflux de vos propres déchets. Je vous priverai de la lumière du soleil pour que vous n’adoriez point Mitilieth, même s’il est le seul libre-penseur du quatuor. Je vous empêcherai de goûter l’eau pure de Kylah, cette catin qui charme les hommes à la persistance des vagues. Même Byron, qui vous abrite à son insu, vous le détesterez car son roc ne se mange pas et qu’il vous sera peu hospitalier. Il vous sera interdit d’apprécier les brises de Xishaï, surtout lui, car c’est le premier responsable de ces dogmes et cette foi aveugle! Vous le détesterez et vous humerez son air à travers votre propre défécation et le son des rats qui couinent et s’entre-dévorent surpassera la mélodie de ses élans. Vous êtes miens, dans les profondeurs infectes du royaume d’Agoroth l’Inconscient, et vous devrez tout faire pour survivre. Vous adorerez trois choses. La première, moi, qui vous accordera les pouvoirs et la détermination pour vous sortir de cette impasse. Je serai l’unique promesse de votre libération, responsable de votre emprisonnement, et vous me vénèrerez comme tel. La seconde, les Matrones, qui seront ma voix et la suprématie parmi les larves que vous êtes. Vous leur obéirez et boirez leurs paroles comme si elles furent miennes puisqu’elles ont reçu mes premiers enseignements. La dernière chose que vous vénèrerez sera votre propre débrouillardise et votre propre personne. Vous n’êtes rien sans la détermination et la persévérance. Vous n’aurez pas d’orgueil et vous recourrez à tous les moyens possibles. Dévorez les rongeurs infects, entre-tuez vous pour grimper les échelons, opposez-vous à la dure vie que je vous propose et vous serez à vos yeux le seul immortel que je mérite de prendre sous ma tutelle. Qui ne risque rien n’a rien.

[…]

J’ai hélas déjà trop parlé de ce qui vous rend la vie insupportable, héritiers, et je n’ai guère terminé. Que serait une société fratricide et sans valeurs s’il n’y avait pas de lois pour la régir? Un simple chaos? Il faut délimiter la liberté fondamentale de l’anarchie. Dans un cas, l’être s’élève, affranchi des limites du déterminisme. Dans l’autre, vous m’empêchez d’avoir ma nation. Tuez et pillez les vôtres que lorsque c’est nécessaire. Vous serez pragmatiques. Celui qui tuera inutilement ne gagnera pas mon attention et sera tué au profit de mes champions. Celui qui sera ingénieux aura des chances de l’emporter contre le funeste destin. Je ne formerai pas les castes sociales pour vous, mais j’entrevois déjà dans l’avenir des familles et des clans plus puissants. Vous serez bien obligés de les respecter. De toute façon, même si vous le vouliez, vous risqueriez d’échouer vos tentatives d’usurpation, à moins d’être exceptionnels. Mes Matrones et mes héros seront puissants. Maîtres parmi les égaux.

De toute manière, j’ai toujours préféré l’esprit à la force brute. J’aurais pu décimer avec mes alliés les terres divines et m’élever en seigneur mais j’ai préféré le rapt et l’élévation dans les ombres. Ces dernières vous protègent. Le poison qui coule en mes veines, en vos veines, feront de vous les corrupteurs les plus habiles. Même si c’est Visham, par la trahison, qui nous aura rendus aussi ternes et emplis d’acide, nous serons plus fourbes que lui. Soyez malins et rusés. Brisez les rangs ennemis en attaquant de dos, poussez un allié à la mutinerie pour le piller. Élevez-vous! Ce monde vous appartient. Vous êtes mes héritiers et je vous livrerai dans les chapitres qui suivent les secrets de la corruption et des épidémies.

[…]

Mes héritiers, vous avez maintenant lu les rudes conditions que votre existence, que vous avez probablement déjà expérimentées, à moins que mes Matrones n’aient faibli à force de l’usure. Vous avez également reçu les moyens de vous en sortir et de vous élever parmi les faibles pour devenir les plus puissants. Qu’y a-t-il au bout des tunnels sombres et pestilents? Une lumière. La lumière d’un royaume où vous gouvernerez comme maîtres. Vous serez insensibles aux caresses des Quatre même si Mitilieth, le benjamin impétueux, vous appuiera. Vous demeurerez de marbre aux invitations des immortels à vous repentir de votre éducation. Vous pillerez leurs terres et ruinerez leurs préceptes. Devant l’impuissance des dieux et la contemplation de votre splendeur, vous inspirerez la rébellion et le rejet des dogmes, après une rude opposition. Le monde tel qu’il est aujourd’hui, luxurieux et florissant, ne deviendra qu’une référence ancienne avant la venue des Drows sur les terres de l’Inconscient. Vous corromprez la nature de Mya la frigide et garderez quelques lots où vos esclaves cueilleront les fruits les plus délicieux et chasseront les gibiers les mieux nantis pour vous nourrir. Vous revendrez à l’ennemi ce que vous lui avez emporté et deviendrez assez riches pour acheter vos terres, vos royaumes, vos propres esclaves exotiques. Vous vivrez dans l’opulence et vous deviendrez la prochaine génération d’Immortels. Moi, je serai votre dieu et je vous doterai des dons les plus spectaculaires. Ce monde nous appartiendra, nous réduirons les autres peuples à l’esclavage et les années où vous avez baigné dans vos propres rejets seront loin derrière et mille fois remboursées.

[…]

Encore aujourd’hui, le peuple drow cherche l’intégralité de ces textes qui contiennent les secrets sur la gestion politique pour asservir le peuple, les mystères de la corruption et du subterfuge, les fameux pouvoirs mythiques du grand Yashir et tous les dons qu’il aurait donnés à son peuple comme garantie. On raconte que lors d’un assaut gobelinoïde bien orchestré, le peuple sombre, réduit à s’exiler rapidement, aurait perdu dans les ruines ou les flammes quelques pages précieuses. Mais on les cherche aujourd’hui et il s’ajoute à l’occasion quelques bribes de ce savoir ancien.


Mœurs unificatrices

Yashir a toujours désiré un peuple corrupteur et libéré pour affranchir l’être des chaînes de la servitude qui le maintiennent dans la médiocrité et c’est pour cela qu’il a rêvé d’un monde plongé dans le chaos. Il a cependant toujours été suffisamment éclairé, dans sa grandeur, pour garder une bride sur ce qui aurait pu être un peuple fratricide voué à s’éteindre. C’est pourquoi il nous a donné une puissance incommensurable et qu’il nous a versées dans l’éducation de ses secrets. Nous avons le pouvoir d’élever ce peuple vers des sommets inégalés et nous le ferons, Matrones. Vous avez chacune votre tâche et la mienne, en tant que cinquième, est l’inscription des mœurs qui vont souder un peuple déchiré par la soif d’ascension.

La première loi à laquelle seront confrontées nos descendantes et les autres larves sera celle du destin, tel que désiré par Yashir. Nous sommes voyantes parmi les aveugles et nous décelons en chaque nourrisson ses intentions les plus profondes et dons innés. Ce sont nous, Matrones, qui décideront de la voie qu’ils entreprendront et chaque Drow devra suivre notre sage conseil, impérative recommandation, sous peine de souffrir dans les bas-fonds et de ramper parmi les esclaves. Ils seront honorés de savoir qu’au-delà de la servitude, une voie glorieuse les attend. Les tatouages qu’ils porteront serviront à rappeler à tous la voie qui leur est prescrite et les déviants seront sévèrement punis. Hélas, pour ces pauvres larves, être prédestiné à servir une vocation n’est pas gage de gloire. Ils commenceront tous dans l’obéissance et la souffrance qui est nécessaire à l’instauration de la haine et la foi.

L’attention de Yashir est précieuse et le temps dont il dispose est sans valeur commune. Nous le prierons avec ferveur et ne perdrons pas son temps à quelques cérémonies oratoires où quelques élus le remercient. Ils auront la chance de s’incliner et démontrer leur appréciation tout au long de l’esclavage qui pavera le chemin de leur vie. Yashir a bien peu à faire des beaux parleurs et des inspirateurs de foules. Les larves qui boiront ces paroles seront bien libres de se réunir devant quelques adorateurs mais nous n’accepteront pas que tel rassemblement soit dit officiel. Nos cérémonies seront si grandioses et offriront de si grands cadeaux que Yashir ne pourra détourner son attention de nos rituels. Celui qui, au nom du culte de notre foi, osera faire une cérémonie devra le faire avec préparation, offrandes et sens pratique, sous peine d’être lapidé, écartelé ou autres supplices du genre. L’intention ne compte pas, seul le résultat est important. Sacrifiez les ennemis du peuple après l’avoir torturé et fait renier ses idéaux, convertissez un elfe aux voies du corrupteur devant une assemblée de croyants, raffinez l’art du subterfuge en assassinant et en pillant les plus faibles, trouvez une faille dans les dogmes des originels. Nos cérémonies n’ont d’égal que la grandeur de Yashir et celui qui le vénère piètrement mérite d’être puni pour manque de considération.

La vie en familles est importante dans notre peuple. Nous ne parlons pas de ces liens affectifs qui réduisent l’âme à servir candidement et à l’amour qui adoucit le tempérament. Nous parlons de vraies familles, unies par la nécessité et rassemblées dans le but de régner et de profiter de la situation des supérieurs. Les familles donneront un peu de cohésion à des esclaves qui sont tous rivaux et enseigneront l’entraide à des assoiffés de pouvoir. Sans famille, je crains bien, mes sœurs, que nous verrons nos enfants s’entre-tuer librement sans chercher à raffiner l’art. Celui qui s’oppose à toute une famille, cependant, celui-là même qui s’en prend à des centaines d’autres, doit être un génie ou rassembler les forces. C’est là et seulement là qu’il parviendra à s’élever au-delà de la pensée oisive et qu’il s’approchera de la perfection préalable à l’élévation au-dessus des égaux. Pas de fidélité ou de jalousie parmi nous. Cela distrait l’esprit qui se morfond. Vivez dans l’opulence et la luxure malgré vos concubins. Prenez seulement le meilleur amant et forcez-le à vous enfanter pour obtenir la meilleure descendance. Laissez-les plus grands butiner comme ils veulent, ils sont déjà assez vils pour ne pas s’adoucir par la chair. Pour les plus faibles, cependant, c’est l’abstinence. La copulation diluera leurs énergies primaires, propres à l’âme qui envie, et feront d’eux des êtres mous. Laissez vos enfants errer dans le vice et la corruption, ils s’en sortiront plus forts. L’amour, maternel, passionnel, fraternel, ne fera que retenir vos élans vers les sommets. La famille, c’est une affaire d’utilité. Mais gare à vous, elle n’est pas vouée à s’éteindre pour autant, c’est le seul gage de votre survie. Isolés, vous serez tué.

Ghrania Har’Zul, la cadette
Matrone, famille Har’Zul




Résumé de l’édit sur la souffrance et le tortionnaire, par Minia Mis’Alke

Selon Yashir, la torture doit avoir trois volets. Le premier, et probablement le plus utilisé d’entre tous, est celui de la torture physique. La chair est fragile et cède facilement aux sévices du tortionnaire, qu’il soit expert ou non. Les os craquent aisément et il suffit que de quelques outils, de force et de dextérité pour faire pleurer une victime. L’art, cependant, d’étirer la souffrance pour qu’elle soit encore plus savoureuse, est laissée aux plus anciens. C’est également le premier type de torture qui est enseigné dans les académies sur le sujet et il s’exécute bien à l’improviste lorsqu’on rencontre l’opposant en milieu isolé et que le temps est compté. Le second volet est celui de la torture psychologique. La psyché de l’être faible souffre des chaînes de l’amour, des perceptions et des attentes. On peut, par la torture physique prolongée, arriver à faire céder une proie qui cèdera les informations. Ce sont les pleurs d’épuisement du torturé, l’humiliation du pilori, la perte d’un être cher devant nos yeux, etc. Le dernier volet, lui, est le plus élevé et le plus difficile à atteindre : c’est celui de la vertu et de l’âme. Peu est dit à ce sujet et seuls les maîtres parmi les experts arrivent à sincèrement faire renier les croyances de sa cible ou donner les informations sur des informations cruciales. Demandez encore aujourd’hui ce que ressentent les Matrones et vous recevrez, par la correction qu’elles vous donneront, un aperçu de la douleur que cette souffrance inflige. Malheureusement, vous risquez fort de ne pas survivre à l’exercice.


Les réels écrits de Minia Mis’Alke sont détenus par quelques maîtres tortionnaires engagés par les Matrones elles-mêmes. Jamais un tel savoir, pour les Matrones, ne devrait tomber entre les mains d’un commun qui en tirerait grandement profit.

_________________
Pour mieux avancer, il faut savoir s'arrêter pour s'abreuver à la source.

-MJ Kylah
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    In mémoria Forum Index -> Ancien Forum -> Messages de l'Équipe All times are GMT - 4 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Xooit.com free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group